Accéder au contenu principal

Je suis volontaire pour soigner les grévistes de la faim de la HAS


Les membres du Collège de la HAS s'apprêtent à se lancer dans une grève de la faim illimitée pour demander à la ministre de la santé les moyens de l'indépendance de la HAS. Désemparé, le Leem rappelle en urgence dans ses locaux la ministre pour "consultation".

Voilà l'incroyable nouvelle que le Formindep annonce ce premier avril.
Devant cette situation, le Formindep s'engage à fournir un suivi médical indépendant de l'industrie pharmaceutique aux futurs grévistes.

Par la présente, j'informe le Formindep que je suis volontaire pour assurer le suivi médical de Madame Rochaix et de Messieurs Degos, Bouvenot, Briet, Caniard, Guérin, et Dubernard, membres du Collège de la HAS.

Il manque dans cette énumération un membre : Claude Maffioli.

Concernant Monsieur Maffioli, il s'avère en effet qu'un suivi médical indépendant de l'industrie risquerait de provoquer chez lui une intolérance massive pouvant mettre sa vie en danger, compte tenu de ses antécédents. En cas d'urgence, je l'invite donc à se retourner vers ses collègues de la CSMF ou de n'importe quelle société savante de médecine générale (voir le post précédent) ou autre.

Si vous êtes généraliste libéré des firmes pharmaceutiques, et volontaire pour assurer le suivi de ces futurs grévistes, laissez-moi un message en commentaire ! Je ferai suivre.

Merci pour eux !

Commentaires

  1. je n'ai jamais laisser un commentaire sur ce fabuleux blog mais là, en ce jour, je me dois de faire don de ma science médicale vierge de labos pour le bien commun: j'accepte ce défi.
    tl

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour eux, Tony, c'est chouette ce que tu fais là.

    RépondreSupprimer
  3. Moi Fantomas, je serais bien volontaire, cependant faut t-il préalablement signer un contrat avec la HAS malgré notre statut de bénévole pour cette mission?
    Si tel devait être le cas il existe l'article du code de la santé publique Article L5323-4 contraignant. Dans l'hypothèse où ma candidature serait retenue je demande donc à Julien Bezolles de bien vouloir préserver mon anonymat afin de ne pas me mettre en porte à faux avec cet article L5323-4 du CSP qui stipule :
    "Les agents contractuels mentionnés à l'article L. 5323-2 et L. 5323-3 :
    1° Sont tenus au secret et à la discrétion professionnels dans les mêmes conditions que celles qui sont définies à l'article
    26 du titre Ier du statut général des fonctionnaires de l'Etat et des collectivités territoriales"

    Il est indiqué dans ce même article la nécessité de déposer une déclaration publique d'intérêt au directeur de la HAS avant toute mission.

    Si tu pouvais m'envoyer un formulaire...

    Fantomas

    RépondreSupprimer
  4. Julien Bezolles2 avril 2009 à 20:19

    Non, non, Fantomas. Tu te fourvoies. On n'est pas dans l'expertise. On est dans le bon paiement à l'acte franchouillard bien d'cheu nous. Pas besoin de déclarer quoique ce soit.

    Tu leur demandes s'ils ont leur Carte Fatale et leur attestation de PMU, tu les soignes et tu leur factures ton dépassement habituel avec tact et mesure.

    Et sur ta plaque et tes ordonnances, tu peux noter : Charlatan Officiel de la HAS.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

CORONAVIRUS : LE DECRET QUI N'AURA PAS LIEU... MAIS QUI AURAIT TOUT CHANGÉ ?

Cet article ne sera sans doute presque pas lu. Il a surtout pour objectif de prendre date. Je prends le risque d'avoir tout faux. Ou tout bon. UN PROJET DE DECRET QUI N’AURA JAMAIS LIEU Décret du 20 mars 2020 portant diverses mesures relatives à la lutte contre la propagation du virus covid-19 Mise à disposition urgente d’hydrochloroquine et d’azithromycine pour soigner les personnes malades du coronavirus. Réquisition des chaînes de fabrication des firmes concernées. Autorisation immédiate de prescription et dispensation gratuite. Considérant que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré, le 30 janvier 2020, que l'émergence d'un nouveau coronavirus (covid-19) constitue une urgence de santé publique de portée internationale ; Considérant le caractère pathogène et contagieux du virus covid-19; Considérant que de plus en plus de données scientifiques dans le monde sont concordantes concernant

Lettre ouverte à Danielle MESSAGER, journaliste santé de France-Inter

  Madame, J’ai écouté avec intérêt ce samedi 5 avril 2014 votre chronique “ carnet de santé ” concernant la campagne “ Ne lui tournez pas dos ”.  Comme vous ne pouvez l'ignorer, il s’agit d’une campagne de la firme pharmaceutique AbbVie, pour promouvoir son médicament Humira°, un nième anti TNF alpha qui a besoin d'élargir son marché en Europe. Le Dr Laure GOSSEC, médecin rhumatologue à la Salpêtrière, s’est exprimée durant cette chronique. Elle a été recrutée par AbbVie pour cautionner cette campagne. Elle n'est pour elle qu'un "leader d'opinion", instrument efficace de propagande. Elle s’exprime dans le dossier de presse de lancement de cette campagne. Elle a manifestement été très bien briefée. Du soft. Mais au fond toujours le même discours de disease mongering : maladie sous diagnostiquée, insuffisamment traitée, etc.   Selon la législation en vigueur (article L 4113-13 du code de la santé publique), elle aurait dû déclarer avant de

APHORISMES COVIDIENS

5 avril 1 "Les périodes de péril mettent les âmes à nu" (email d'Irène Frachon reçu le 13 mars 2020, alors que nous échangions sur l'arrivée de l'épidémie) 2 Quand on voit  le nombre de médecins qui révèlent sur les réseaux sociaux des compétences exceptionnelles pour analyser avec précision l'information scientifique, y compris pour des études pour lesquelles une seule lecture suffit à se rendre compte de la faiblesse, on ose espérer que, forts de cette expertise, ils n'ont jamais prescrit ou conseillé (liste non exhaustive) : - de mammographie pour le dépistage du cancer du sein, - de PSA pour le dépistage du cancer de la prostate, - de médicaments antialzheimers, - de vaccin antigrippal pour réduire la mortalité chez les vieux, - de statines en prévention primaire, - de glitazones et apparentés pour le diabète, - la plupart des antidépresseurs IRS, qui n'ont pas démontré d'efficacité supérieure au placebo, - plus de deux neuro