Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du 2009

"Je n'ai pas toujours pratiqué la censure, cette merde"

Les plus lettrés d'entre vous, c'est à dire la quasi-totalité j'imagine, auront reconnu dans le titre de ce message la reprise de la fameuse phrase de Céline, Louis-Ferdinand pour les intimes, qui débute le troisième paragraphe de la première page de son autre chef d'oeuvre, "Mort à Crédit" : " Je n'ai pas toujours pratiqué la médecine, cette merde ." Il se trouve, en effet que, parmi les nombreuses tares qui me caractérisent, celle de mon tropisme pour l'œuvre littéraire de Céline n'est pas la moindre. Le flash eut lieu avec la lecture du " Voyage au bout de la nuit " il y a quelques années, après qu'un médecin et néanmoins confrère m'eut dit que m'ont état de révolte permanente lui faisait penser à Céline. Céline ? Késako ? Encore un pédé, pensé-je in petto , un mec qui a un nom de gonzesse. Mais un jour profitant d'une des nombreuses plages de vacuité que me laissait une activité médicale réduite par une sé

La pétition du Formindep

Encore une fois ce que les syndicats et ordres professionnels ne font pas, le Formindep le fait. Il vient de mettre en ligne une lettre ouverte au Directeur Général de la Santé, Didier Houssin, pour lui demander d'apporter les preuves qui lui font demander aux médecins de prescrire sans discernement le Tamiflu pour tout syndrome grippal. Et par la même occasion de révéler qui sont les experts auquel il se réfère. Cette lettre peut être signée et ainsi les médecins signataires affichent publiquement le choix de leur responsabilité professionnelle pour ne pas nuire. Démission de Didier Houssin ! Démission de la Ministre de la santé ! Démission des pseudo-experts de la grippe ! Pas besoin de davantage de preuves scientifiques pour exiger ces évidences, tant leur incompétence, malhonnêteté, mauvaise foi, soumission aux intérêts marchands, conflits d'intérêts, saute aux yeux. Camarades, il est temps de rentrer en résistance, et le Formindep nous y aide. Merci à eux ! PS

Vaccins : le nouvel âge d'or des labos

Vous avez entendu parler du 11ème Congrès Mondial du Vaccin ? Non ? Pourtant il a bien eu lieu, et pas plus tard qu'au mois d'octobre 2009, et pas si loin de nous puisqu'il s'est déroulé à Lyon. En présence du gratin de la vaccinologie mondiale, si on en croit le programme. Mais il faut s'accrocher pour trouver l'information même sur Internet et sur Google. Quelques pages en anglais , et le congrès de l'année 2009 semble étrangement passé sous silence alors que ceux des années précédentes sont plus présents. D'ailleurs à peine achevé celui de 2009 dont on ne retrouve aucune trace réelle, le programme du congrès de 2010 s'affiche par l'organisateur : " 80 conférenciers du plus haut niveau et des ministres " proclame l'invitation. Le congrès de 2009 a-t-il atteint le même niveau d'expertise ? Notre ministre de la santé et des sports y était elle présente ? On ne sait pas. En tout cas, inscrivez vous vite pour 2010, ça promet d

La barbuda

Consultation authentique pas plus tard qu'hier. Elle a 20 ans et vient pour la première fois au cabinet médical. "Vous acceptez de nouveaux clients ? qu'elle me demande. - Non, pas des clients, mais des patients... ici c'est un cabinet médical", que j'y rétorque. - Oui, je voulais dire client. - Alors qu'est ce qu'il vous arrive ? - Ben voilà, j'ai mal à la gorge et j'ai le nez pris. - Bon vous avez un rhume, quoi. - Oui, c'est ça. - Et puis surtout je n'arrive pas à être enceinte. Je suis restée deux ans sans règles, et puis j'en ai eu une fois et puis après rien pendant 6 mois. Ca fait trois ans que j' essaye. Pourtant j'ai déjà été enceinte à 15 ans, mais j'ai perdu le bébé dans un accident." Aux étudiants on explique que ça, c'est le motif principal de la consultation. Le rhume, c'est le secondaire. Elle pèse 88 kilos pour 1 mètre 63. "Oh, mon dieu !, qu'elle s'exclame. - Vous pensiez q

Securitate Sociale - Organiser la résistance

Plus de doute. Depuis sa nouvelle gouvernance en 2004, la sécurité sociale a changé de bord. Contrairement à La Poste ou à France Télecom, il n'y a pas eu besoin de changer de statut pour basculer du côté de l'économie de marché. C'est à dire l'univers où l'argent et le profit sont premiers et l'être humain devenu objet, variable d'ajustement comme disent les économistes. Certains en doutent encore et ne veulent pas le croire. La souffrance est trop grande. Il ne s'agirait pas seulement d'un changement de bord, mais d'une trahison. Comment y croire ? Pourtant les faits sont là. Petit à petit insidieusement, la culture du résultat, la priorité accordée aux chiffres avancent au détriment de l'intérêt des patients, de la santé publique... Le dernier avatar de ce glissement dramatique est le CAPI, qui récompense médecins généralistes et médecins conseils en fonction de leur performance à prescrire selon des données non validée par la scien

Une avancée importante pour la médecine générale et son enseignement

Pour la première fois en France, 10 professeurs des universités de médecine générale ont été nommés. Jusqu'à présent n'étaient nommés que des professeurs "associés", pour une durée provisoire de 6 ans, au statut précaire, sans véritable reconnaissance universitaire. Depuis des années le Collège National des Généralistes Enseignants se bat pour faire rentrer et reconnaître la médecine générale à l'Université. Après avoir sans succès tenté d'imposer le regard spécifique de la médecine générale au milieu de la caste hospitalo-universitaire, et n'avoir reçu en retour que mépris et arrogance, ils ont décidé de changer de stratégie en rentrant dans le moule, en faisant profil bas, certains m'ont dit (les médisants !) en baissant leur froc. Mais vous savez que ce n'est pas le genre de propos que Julien Bezolles aime à utiliser. Quoiqu'il en soit les résultats sont là, et c'est ça le plus important. Preuve supplémentaire, voire officialisati

Il faut bien vivre...

Nature et environnement Sport Beauté Amour Enfance Médecine (Lire l'article Lâchez nous la grippe ! )

LACHEZ-NOUS LA GRIPPE !

Extrait du Journal de l'Ile de la Réunion du 28 août 2009 Philippe de Chazournes avait raison. Ce médecin généraliste réunionnais réclame la démission de la ministre de la santé ( voir ci-contre ). Il explique que dans la situation actuelle, n'importe quel généraliste un peu cérébré ferait mieux à sa place; et il postule pour la remplacer. Moi aussi, à mon tour, je fais acte de candidature pour remplacer la ministre. Vu la situation, ne rien faire serait déjà faire mieux. Et je postule aussi pour remplacer tous les experts, spécialistes, virologues, épidémiologues, grippologues, pharmacovigilantologues, complotologues, informatologues, qui nous les cassent depuis deux mois, dans cette épidémie d'informations, de rumeurs, de bruits, de paniques, de mensonges. Casse-couillologues, voilà la spécialité commune à tous ces professionnels de la profession. Extrait du Canard Enchaîné du 2 septembre 2009 Vous avez compté le nombre de généralistes présents dans le comité minist

La haine du pauvre

Les gens n'aiment pas les pauvres. C'est d'ailleurs pour ça qu'ils le sont, pauvres, et qu'ils le restent. Parce que la société les déteste. Quand un pauvre devient aimable, un "bon" pauvre, alors c'est qu'il est sur le chemin de la rédemption, qu'il a appris comment se comporter pour attirer la condescendance des gens. Il est pas loin de « s’en sortir », comme on dit. Un bon pauvre est un pauvre suffisamment intelligent ou hypocrite ou les deux pour savoir ce qu'il faut faire pour ne plus le rester. Un bon pauvre a perdu suffisamment de sa dignité pour faire ce qu’on attend de lui. Un bon pauvre est un larbin. Les vrais pauvres, ceux qui le restent, sont des mauvais pauvres, par définition. Un vrai pauvre sent mauvais, ne respecte pas les horaires du rendez-vous, ne prend pas son traitement, ne s'exprime pas correctement, est ingrat, agressif, revendicatif, chiant et con. Le vrai pauvre vous dégueule sa honte et son humiliation pe

Je vous l'avais pourtant bien dit !

Di-Antalvic° c'est fini ! Et toutes les autres saloperies contenant du dextropropoxyphène ! L'Afssaps mange son chapeau dans un communiqué de presse et 6 pages de justification pathétique , et nous explique si que pour l'ensemble des pays du monde et d'Europe le Di-Antalvic° c'était de la merde, en France, selon le fameux principe de Tchernobyl, c'était différent bien sûr . Si le ridicule tuait, les responsables de l'Afssaps n'en finiraient pas de mourir. Est ce que les médecins français qui savaient, ceux qui lisent Prescrire en gros, et en prenant la peine d'en tourner les pages, recevront une lettre d'excuse de l'Afssaps pour l'énergie, le stress qu'ils ont dû dépenser, souvent en vain, à expliquer aux patients maltraités par le Di-Antalvic° et les médecins qui le prescrivent, à quel point c'était une merde, que ça marchait sans doute pas mieux que le paracétamol seul, que ça tuait plus, que ça créait des dépendances, etc

Arrêts de travail et Novlangue de la Sécu - La honte !

Je vous l'avais bien dit que l'expérience que je vous racontais sur l'avis de travail défavorable du médecin conseil alors qu'il était d'accord, cachait une opération de communication et de propagande et de culpabilisation des assurés et des professionnels. Aujourd'hui, le journal "La Tribune" est trop content de faire ses choux gras sur les soi-disant arrêts de travail de courte durée injustifiés révélés par une enquête de la sécu . Le témoignage que j'ai rapporté sur ce patient victime de cette politique sociale sécuritaire montre à quel point les médecins conseil ont reçu ordre, avec des lettres type qu'ils ne pouvaient quasiment pas modifier, de fournir des données bidonnées pour que les responsables de sécu continuent à culpabiliser et à désinformer. Ceux qui visionneront ce mardi 9 juin 2009 les Médicamenteurs sur France 5 à 20 h 35 ou sa rediffusion dimanche 21 juin à 21 h 30 sur la même chaîne comprendront où se trouve le vraie

J'avais les larmes aux yeux (Novlangue de la Sécu - suite)

A quand la fusion ? C'est que je l'ai revu le patient victime de la Novlangue de la Securitate Sociale . Pas plus tard qu'hier figurez vous. Ce matin il avait conduit son car d'une seule main tellement il avait mal au bras. Même que son patron lui a dit : “ Mais Georges, il s'appelle Georges, faut pas conduire comme ça.” Et c'est un collègue qui l'a déposé au cabinet médical cet après-midi. Alors je reprends son dossier, c'est jamais la deuxième fois que je le vois, et je redécouvre : tassements vertébraux en 1981. Suite à un accident de travail. “C'est vrai que votre traitement il m'a fait du bien, même si ça me m'endort un peu (la codéine) mais de toute manière j'en avais besoin. J'ai repris mon travail comme prévu, mais sur les chapeaux de roue comme on dit. Mais le médecin de la sécu, elle m'avait forcé la main, vous comprenez. Elle m'a dit : "Alors vous allez pouvoir reprendre, hein ?" Elle insistait. J'

La Novlangue de la Securitate Sociale

Ceux qui ont lu "1984" de George Orwell savent comment l'utilisation du vocabulaire, et la manipulation du sens des mots permettent de diffuser l'oppression, de distiller le suc totalitaire afin de maintenir la terreur nécessaire à l'asservissement. Cela s'appelle dans le livre d'Orwell la Novlangue . Ainsi par le miracle de la Novlangue propagande se dit vérité, esclavage se dit liberté, chômage se dit travail, guerre se dit paix etc. " Arbeit macht frei ", lisaient à l'entrée d'Auschwitz ceux qui n'allaient jamais en sortir. Novlangue. Eh bien les aminches, j'ai pu découvrir que notre sécurité sociale s'essaye non sans quelque efficacité à la pratique de la Novlangue avec le relais complice de leurs agents de terrains, j'ai nommé les medcons (traduction novlangue de contrôleurs médicaux), où dans cet univers "désaccord" veut dire "accord". Voilà l'histoire. Par une belle journée de consultatio

Pandémie : Sarkozy-Aventis sauve le monde.

A ce niveau là , c'est plus de l'anticipation, c'est de la voyance. Ces gens-là sont des dieux. Alleluia !