Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du mars, 2009

C'est pas l'autre, c'est moi !

Rions un peu (jaune) avec le communiqué ci-joint du cartel des "sociétés savantes" de médecine générale, qui nous explique que la médecine générale, c'est pas le Médec, c'est eux.

Attendons le communiqué du Leem qui les départagera et pourra confirmer que, Médec ou Congrès de médecine générale de Nice, ces deux réunions restent avant tout les congrès de rabattage des médecins pour l'industrie pharmaceutique.




En terme d'image et de crédibilité pour l'industrie, le congrès de médecine générale est même sans doute plus efficace. Ci-contre les partenaires "principaux" du Vrai Congrès de Médecine Générale. Effectivement le Médec va devoir faire attention... Il ne leur manque que Nestlé, Coca-Cola, Lesieur et Mac Do pour faire aussi bien.












Laissons enfin couler une larme de colère sur la participation de la Société de Formation Thérapeutique du Généraliste (SFTG) à cette mascarade qui, pour maintenir ses parts de marché dans la formation des générali…

De quoi la HAS est-elle le nom ?

Réponse : de l'industrie pharmaceutique.

A nouveau, le Formindep assène les faits dans toute leur cruelle réalité, à travers un article de la qualité d'une publication internationale, et en tire normalement les conséquences politiques et médicales :

Il faut que la HAS arrête de se moquer des soignants et des patients.

A lire d'urgence sur le site du Formindep :
HAS et conflits d’intérêts Des recommandations professionnelles peu recommandables

Prescrire la faute : la réponse au Jeu

Bravo à tous ceux qui ont essayé de trouver la faute inexcusable de Prescrire dans le jeu que je vous ai proposé le 18 février dernier.

Les efforts étaient méritoires et la capacité à la lecture critique des participants est remarquable : oui, Tiphaine, il semble bien que la mort ne soit un trouble psychiatrique que dans certaines circonstances très rares. Bien vu.

Mais la tâche était ardue pour qui ne pratique la sodomie de diptères que de manière occasionnelle. Ne vous en voulez pas trop, donc.

Il s'agit d'une faute qui, même si elle peut sembler mineure à ceux qui ne se contentent que d'une information superficielle et grossière, met assurément en danger la crédibilité de l'information fournie par cette revue.

Voilà l'erreur, voici l'horreur :

Elle se situe dans la troisième colonne de la page, dans l'article concernant la 5ème époétine bêta pégylée...

Au milieu du troisième paragraphe...

Regardez bien.

Oui, ça y est ! Vous avez bien vu !...

L'apostrophe ent…

Poésie médicale

Certains reprochent à ce blog un coté trop noir, qui ne mettrait en évidence que l'aspect négatif des choses médicales.

L'objet de ce présent post n'est pas d'expliquer à ces lecteurs, pour qui la fréquentation de ce blog est parfois pesante, combien ce sont eux qui voient trop roses les choses (on verra ça plus tard), mais de leur donner une occasion de souffler, un petit moment de détente quoi, dans ce monde de brutes, à travers cette vraie page de poésie médicale que nous offre cette semaine le magazine "Version Fémina" du groupe Lagardère.

Version Fémina est à la femme ce que la revue Prescrire est aux soignants. Une publication indépendante, donnant des informations fiables, à l'abri des influences industrielles et commerciales.

D'aucuns, sûrement des Bezolles des medias, prétendent que la presse papier serait en difficulté en France... Qu'ils regardent Version Fémina ! C'est le plus gros tirage de la presse en France : près de 4 millions …