Accéder au contenu principal

De quoi la HAS est-elle le nom ?


Réponse : de l'industrie pharmaceutique.

A nouveau, le Formindep assène les faits dans toute leur cruelle réalité, à travers un article de la qualité d'une publication internationale, et en tire normalement les conséquences politiques et médicales :

Il faut que la HAS arrête de se moquer des soignants et des patients.

A lire d'urgence sur le site du Formindep :

Commentaires

  1. Très instructif cet article, je me coucherai un peu moins bête ce soir, merci bien !
    Ceci étant dit, excusez mon ignorance dans ce domaine, le Formindep a-t-il un quelconque moyen de faire changer les choses ? Ces constats et demandes peuvent-ils être suivi d'effets ?
    Je suis peut-être pessimiste, mais ça me semble bien mal parti...

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Marie,

    Il y a plusieurs moyens de faire avancer les choses.

    Le premier est de les révéler.

    Le deuxième est de se mobiliser et de faire pression en tant que citoyen et soignant pour que ça s'arrête : si toi en tant que soignante ou future soignante ça te dérange que la sécu te demande de soigner tes diabétiques avec des données dictées par l'industrie pharmaceutique, tu peux t'associer à cette demande. Ce genre de situation ne peut perdurer que parce que les soignants le veulent bien.

    Le troisième est d'utiliser des recours juridiques. L'absence de respect des règles de la HAS devrait pouvoir justifier un recours administratif.

    Le Formindep a obtenu les décrets d'application de l'article sur la transparence de l'information médicale à travers un recours juridique.

    Ai-je répondu à ta question ?

    RépondreSupprimer
  3. Tout à fait Merci ! :-)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Bon de transport

"Œuvre de l'esprit" De scrupuleux brimborions de morale dont au sujet desquels je travaille puissamment à m'extraire, m'ont fait hésiter, reculer à publier ce texte, craignant que des personnes de compréhension différentes et néanmoins internetisées (ce qui est loin d'être antinomique convenons en), d'ailleurs sous-citées dans le présent document et plus connues sous le vocable de cons, s'offusquent de la crudiviolence de certains propos. A leur intention et à celles de certains autres qui, à la lecture de ce texte, se découvriraient avec une stupeur néanmoins teintée de satisfaction (car il est toujours rassurant de se sentir de la meute) appartenir à cette vaste et très dominante population, tel l'univers toujours en expansion, celle des patentés abrutis, érodés du bulbe, fieffés imbéciles, anéantis neuronaux, bref ceux à l'entendement altéré, je tiens à préciser qu'il s'agit ici comme dans le reste de ce blo

CORONAVIRUS : LE DECRET QUI N'AURA PAS LIEU... MAIS QUI AURAIT TOUT CHANGÉ ?

Cet article ne sera sans doute presque pas lu. Il a surtout pour objectif de prendre date. Je prends le risque d'avoir tout faux. Ou tout bon. UN PROJET DE DECRET QUI N’AURA JAMAIS LIEU Décret du 20 mars 2020 portant diverses mesures relatives à la lutte contre la propagation du virus covid-19 Mise à disposition urgente d’hydrochloroquine et d’azithromycine pour soigner les personnes malades du coronavirus. Réquisition des chaînes de fabrication des firmes concernées. Autorisation immédiate de prescription et dispensation gratuite. Considérant que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré, le 30 janvier 2020, que l'émergence d'un nouveau coronavirus (covid-19) constitue une urgence de santé publique de portée internationale ; Considérant le caractère pathogène et contagieux du virus covid-19; Considérant que de plus en plus de données scientifiques dans le monde sont concordantes concernant

Aphorismes covidiens (2)

13 avril 25 On doit garder en mémoire que l'ensemble des administrations et bureaucraties sanitaires actuelles (ARH en 1996, puis ARS en 2010, direction hospitalière depuis 2005, sécurité sociale façon AXA de van Roekeghem, etc.) n'ont été mises en place, avec les directions appropriées, que pour instaurer et organiser une gestion néolibérale du système de santé : productivité, rationnement, ouverture au privé, "responsabilisation", culpabilisation et contrôle des usagers et des soignants, etc. Attendre de ces structures, simples effectrices des consignes ultralibérales de l'oligarchie, une action efficace et dans l'intérêt général pour la gestion d'une telle pandémie relève de la pure naïveté, pour rester dans l'euphémisme. David Graeber, encore lui, le rappelle et le démontre dans "Bureaucratie" . La bureaucratie soviétique n'était qu'un amusement à coté de la néolibérale. 26 Partout où les pires drames auront pu être év