Accéder au contenu principal

C'est pas l'autre, c'est moi !


Rions un peu (jaune) avec le communiqué ci-joint du cartel des "sociétés savantes" de médecine générale, qui nous explique que la médecine générale, c'est pas le Médec, c'est eux.

Attendons le communiqué du Leem qui les départagera et pourra confirmer que, Médec ou Congrès de médecine générale de Nice, ces deux réunions restent avant tout les congrès de rabattage des médecins pour l'industrie pharmaceutique.




En terme d'image et de crédibilité pour l'industrie, le congrès de médecine générale est même sans doute plus efficace. Ci-contre les partenaires "principaux" du Vrai Congrès de Médecine Générale. Effectivement le Médec va devoir faire attention... Il ne leur manque que Nestlé, Coca-Cola, Lesieur et Mac Do pour faire aussi bien.












Laissons enfin couler une larme de colère sur la participation de la Société de Formation Thérapeutique du Généraliste (SFTG) à cette mascarade qui, pour maintenir ses parts de marché dans la formation des généralistes, s'assoit copieusement sur son éthique. (voir ci-joint l'extrait de la charte éthique de la SFTG, consultable sur leur site).


Pour conclure, une devinette :
A quoi reconnait-on en France un formateur (masculin) de médecine générale qui a conservé un peu de souci éthique ?

Réponse :

Au fait qu'il a le visage tailladé.
Parce que comme ils n'ose plus se regarder dans la glace, il se coupe en se rasant le matin.
Sauf les barbus... Bien entendu !

PS : Ceux qui sont glabres et sans cicatrices sont probablement professeurs de médecine générale.

Commentaires

  1. Et s'ils sont prof de médecine générale, c'est pas bon pour eux non plus!!

    Ces syndicats, quels débiles... (J'ai malheureusement côtoyé les gens qui sont à leur tête : ceux qui ont quelques neurones ne savent pas s'en servir, les autres ont le poil de patrick pelloux, le QI d'une huitre, la mèche rebelle ou le zozotement prononcé, ou encore l'IMC de nos chers patients d'endocrino... Un Ré-gal...)

    RépondreSupprimer
  2. Françoise Duray, patiente concernée.29 mars 2009 à 22:35

    Bonjour,

    Merci de ces infos. En voilà une autre :

    L'association des psychiatres américains viennent de décider de se passer de l'industrie pharmaceutique pour leurs formations continue et leurs congrès, alors qu'un récent rapport gouvernemental montrait que c'était la spécialité la plus corrompue par l'industrie.
    http://www.nytimes.com/2009/03/26/health/26psych.html?_r=1&emc=eta1

    Un cinglant démenti à ceux qui osent prétendre qu'ils ne peuvent se passer des labos. C'est bien possible avec juste un peu de courage, d'intelligence pour oser "sortir des lignes" et aussi la pression politique et citoyenne pour pousser ces "pauvres" médecins à sortir de leur peur.

    En France, la revue Prescrire a osé et a réussi je crois.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Bon de transport

"Œuvre de l'esprit" De scrupuleux brimborions de morale dont au sujet desquels je travaille puissamment à m'extraire, m'ont fait hésiter, reculer à publier ce texte, craignant que des personnes de compréhension différentes et néanmoins internetisées (ce qui est loin d'être antinomique convenons en), d'ailleurs sous-citées dans le présent document et plus connues sous le vocable de cons, s'offusquent de la crudiviolence de certains propos. A leur intention et à celles de certains autres qui, à la lecture de ce texte, se découvriraient avec une stupeur néanmoins teintée de satisfaction (car il est toujours rassurant de se sentir de la meute) appartenir à cette vaste et très dominante population, tel l'univers toujours en expansion, celle des patentés abrutis, érodés du bulbe, fieffés imbéciles, anéantis neuronaux, bref ceux à l'entendement altéré, je tiens à préciser qu'il s'agit ici comme dans le reste de ce blo

Aphorismes covidiens (2)

13 avril 25 On doit garder en mémoire que l'ensemble des administrations et bureaucraties sanitaires actuelles (ARH en 1996, puis ARS en 2010, direction hospitalière depuis 2005, sécurité sociale façon AXA de van Roekeghem, etc.) n'ont été mises en place, avec les directions appropriées, que pour instaurer et organiser une gestion néolibérale du système de santé : productivité, rationnement, ouverture au privé, "responsabilisation", culpabilisation et contrôle des usagers et des soignants, etc. Attendre de ces structures, simples effectrices des consignes ultralibérales de l'oligarchie, une action efficace et dans l'intérêt général pour la gestion d'une telle pandémie relève de la pure naïveté, pour rester dans l'euphémisme. David Graeber, encore lui, le rappelle et le démontre dans "Bureaucratie" . La bureaucratie soviétique n'était qu'un amusement à coté de la néolibérale. 26 Partout où les pires drames auront pu être év

CORONAVIRUS : LE DECRET QUI N'AURA PAS LIEU... MAIS QUI AURAIT TOUT CHANGÉ ?

Cet article ne sera sans doute presque pas lu. Il a surtout pour objectif de prendre date. Je prends le risque d'avoir tout faux. Ou tout bon. UN PROJET DE DECRET QUI N’AURA JAMAIS LIEU Décret du 20 mars 2020 portant diverses mesures relatives à la lutte contre la propagation du virus covid-19 Mise à disposition urgente d’hydrochloroquine et d’azithromycine pour soigner les personnes malades du coronavirus. Réquisition des chaînes de fabrication des firmes concernées. Autorisation immédiate de prescription et dispensation gratuite. Considérant que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré, le 30 janvier 2020, que l'émergence d'un nouveau coronavirus (covid-19) constitue une urgence de santé publique de portée internationale ; Considérant le caractère pathogène et contagieux du virus covid-19; Considérant que de plus en plus de données scientifiques dans le monde sont concordantes concernant