Accéder au contenu principal

Petite consultation du vendredi en 5 actes


Mme P., 42 ans prend du Subutex - j’avais proposé 8 mais elle trouve que 6 c’est mieux - hébergée chez sa mère, puis chez sa soeur, cherche à revoir son enfant "enlevé" par le père. A la dernière consultation elle venait d’absorber 7 comprimés de Valium, la rencontre avait été un peu difficile. Aujourd’hui ça va mieux.

Mme S., 76 ans, suivie par un médecin d'à coté qui vient d’avoir un accident. Son mari est en chimiothérapie, ils viennent de fêter leurs 50 ans de mariage. Elle a 4 hypotenseurs depuis 10 ans. Moi : "Vous n’êtes pas à 100 % ?" Elle : "Ah ? J’y ai droit ?"

Monsieur Mangeterre, qui vient tous les vendredis. "L’éducateur m’a dit que c’était bien". L’alcoologue m’écrit pour me dire qu’il va mal. Mais la consultation date de plus d’un mois. Depuis, celui qui l’héberge ne le séquestre plus. Il va mieux. La tension baisse. Il demande à soigner sa dermite séborrhéique.

Magali H., 21 ans, enceinte de 34 semaines. Troisième grossesse. "Je viens pour savoir si le col est bien fermé". J’avais fait la déclaration le 15 septembre. Depuis, sur le carnet de maternité, rien n’a été noté. Une lettre-injonction des services sociaux datée de novembre lui intimant l’ordre d’aller faire sa visite chez le docteur Bezolles. Poor people, Big Brother is watching you. Seul examen, une échographie début décembre. C’est une petite fille. Son prénom est écrit en gros sur l’enveloppe qui contient les papiers médicaux. En 4 mois elle n’a pris que 2 kilos. 49 kg aujourd’hui. Elle m’explique qu’elle a mal à la jambe gauche. "C’est depuis que j’ai dormi sur des carreaux." En fait, elle dormait dans le métro de Lille. De 18 à 31 semaines de grossesse, 3 mois à la rue, avec son petit ami, les deux enfants placés qu’elle ne peut voir qu’une heure le mercredi, à l’autre bout de la ville. Hébergée chez une amie depuis le premier janvier. Je comprends alors que l’échographie de décembre relève tout simplement de l’héroïsme.

Virginie T., 16 ans. Elle avait 7 ans quand je l’ai connue à la bibliothèque de rue que ma femme animait à l’époque dans le quartier. Elle, par contre, sa grossesse se passe super-bien. Je lui dis quand même que la prochaine consultation, celle du 9ème mois ça serait mieux que le gynéco la fasse. Elle est super heureuse. Sa mère a déjà tout acheté pour le bébé. Bien sûr il y a eu la période difficile, celle où son copain, effrayé, ne voulait plus la voir. Longue, longue consultation. La décision d’IVG avait été prise. Deux jours après, le copain était revenu. Longue, longue discussion avec lui. Le copain assumait. Mais il lui a dit qu’il n’allait pas reconnaître le bébé tout de suite comme ça elle pourrait toucher les allocations de parent isolé. C’est toujours pareil, c’est survie OU famille. On n’a pas droit aux deux chez les pauvres. "Et à l’école, ça se passe bien ?" "Super ! je l’ai dit à tout le monde. Mais je suis pas la seule... J’ai plein de profs qui vont accoucher ce trimestre."


Texte publié également sur
le site de Martin Winckler.





Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Bon de transport

"Œuvre de l'esprit" De scrupuleux brimborions de morale dont au sujet desquels je travaille puissamment à m'extraire, m'ont fait hésiter, reculer à publier ce texte, craignant que des personnes de compréhension différentes et néanmoins internetisées (ce qui est loin d'être antinomique convenons en), d'ailleurs sous-citées dans le présent document et plus connues sous le vocable de cons, s'offusquent de la crudiviolence de certains propos. A leur intention et à celles de certains autres qui, à la lecture de ce texte, se découvriraient avec une stupeur néanmoins teintée de satisfaction (car il est toujours rassurant de se sentir de la meute) appartenir à cette vaste et très dominante population, tel l'univers toujours en expansion, celle des patentés abrutis, érodés du bulbe, fieffés imbéciles, anéantis neuronaux, bref ceux à l'entendement altéré, je tiens à préciser qu'il s'agit ici comme dans le reste de ce blo

CORONAVIRUS : LE DECRET QUI N'AURA PAS LIEU... MAIS QUI AURAIT TOUT CHANGÉ ?

Cet article ne sera sans doute presque pas lu. Il a surtout pour objectif de prendre date. Je prends le risque d'avoir tout faux. Ou tout bon. UN PROJET DE DECRET QUI N’AURA JAMAIS LIEU Décret du 20 mars 2020 portant diverses mesures relatives à la lutte contre la propagation du virus covid-19 Mise à disposition urgente d’hydrochloroquine et d’azithromycine pour soigner les personnes malades du coronavirus. Réquisition des chaînes de fabrication des firmes concernées. Autorisation immédiate de prescription et dispensation gratuite. Considérant que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré, le 30 janvier 2020, que l'émergence d'un nouveau coronavirus (covid-19) constitue une urgence de santé publique de portée internationale ; Considérant le caractère pathogène et contagieux du virus covid-19; Considérant que de plus en plus de données scientifiques dans le monde sont concordantes concernant

Aphorismes covidiens (2)

13 avril 25 On doit garder en mémoire que l'ensemble des administrations et bureaucraties sanitaires actuelles (ARH en 1996, puis ARS en 2010, direction hospitalière depuis 2005, sécurité sociale façon AXA de van Roekeghem, etc.) n'ont été mises en place, avec les directions appropriées, que pour instaurer et organiser une gestion néolibérale du système de santé : productivité, rationnement, ouverture au privé, "responsabilisation", culpabilisation et contrôle des usagers et des soignants, etc. Attendre de ces structures, simples effectrices des consignes ultralibérales de l'oligarchie, une action efficace et dans l'intérêt général pour la gestion d'une telle pandémie relève de la pure naïveté, pour rester dans l'euphémisme. David Graeber, encore lui, le rappelle et le démontre dans "Bureaucratie" . La bureaucratie soviétique n'était qu'un amusement à coté de la néolibérale. 26 Partout où les pires drames auront pu être év