Accéder au contenu principal

Monsieur Mangeterre


« J’viens pour mon traitement » et il pose sur le bureau la notice du médicament, et aussi une enveloppe, fermée, mais pas à coté de la notice, un peu en retrait, un peu plus loin.

Faut bien un prétexte pour voir le docteur, faut bien avoir un médicament à demander, le médicament c’est pour la dignité, c’est pour faire passer l’enveloppe, mais la vraie raison, j’ai pas mis longtemps à le comprendre, c’est l’enveloppe, celle un peu en retrait, un peu plus loin.

Et puis il sort l’attestation de CMU. « j’l’ai faite docteur, vous voyez bien. Du jour où vous m’l’avez dit, j’l’ai faite, je suis repassé le soir même pour vous la montrer mais vous étiez fermé. »

Est ce que c’est inhumain de dire à quelqu’un qui sort de la prison directement à la rue, sans passer par la case maison, vu que pendant son séjour derrière les barreaux le proprio y s’est dépêché de la refourguer à d’autres miséreux son taudis, est ce que c’est inhumain de dire à cet homme qui vient de passer trois nuits dehors, qui court les foyers pour pas y rester, dehors, est ce que c’est inhumain de lui dire : « Monsieur Mangeterre, pour que je vous soigne faut que vous ayez fait les papiers de la CMU, parce que je soigne pas gratuitement, vu que vous êtes pas un clochard. » ?
C’est inhumain sans doute. En tout cas c’est ce que je me dis souvent en exigeant de ces patients là des démarches et des papiers pour qu’ils soient dans les règles communes, mais pourtant y a pas le choix. Leur faire la charité ça serait tellement plus facile pour eux comme pour moi; pour moi la bonne conscience, pour eux des démarches en moins dans l’océan de papiers où ils se débattent. Mais cette charité-là retarde l’accès au droit de se soigner normalement. La charité du soin, sauf l’urgence bien sûr, c’est le maintien dans la dépendance au bon vouloir des puissants, au bon gré du médecin. L’accès au droit c’est bien un effort inhumain quand on est dans la misère. Mais pourtant y a pas le choix.

C’est pour ça que Monsieur Mangeterre il est si fier d’exhiber son attestation aujourd’hui. L’attestation de CMU c’est SA victoire sur la misère, comme son logement qu’il a trouvé tout seul, sans les services sociaux, qui "pouvaient rien faire pour lui".

L’attestation avec laquelle il peut demander son médicament, montrer sa lettre.

« Ca j’vous en parlerai après » dit-il en désignant la lettre.

Va donc falloir passer par l’avant pour arriver à la lettre. Et comment allez-vous monsieur Mangeterre ? Comme si ça ne se voyait pas comment il allait. Ses lunettes, le verre gauche fendu, le droit retenu à la monture par du sparadrap. La maladie de peau qui revient avec la boisson. Les tremblements, parce qu’il sait que je n’accepte pas quand il arrive ivre à mon cabinet, si bien que le jour où il doit voir le docteur, il ne boit pas. Comme ça, quand je lui demande : « Et vous en êtes où avec l’alcool ? » il peut me dire : « Ca va, docteur, aujourd’hui j’ai pas bu. » Mais il tremble. Alors je lui en parle quand même de l’alcool, de toute façon il est coincé : « Faut arrêter l’alcool, Monsieur Mangeterre. Vous savez que dès que vous êtes prêt je peux vous envoyer en cure. » -« J’vous l’dirai, docteur, j'vous l'dirai quand je serai prêt. »
Ca y est, les formalités sont terminées ? Ah oui, il y a encore la tension. Elle est bonne votre tension, Monsieur Mangeterre.

Et puis vient le comble de la misère.

Le comble de la misère c’est quand on vient voir son médecin pour qu’il lui lise son courrier. D’abord parce que qu’on ne sait pas le lire, ensuite et surtout parce qu’on n’a personne d’autre pour le lire. « Vous savez bien que je sais pas lire docteur »

Le comble de la misère c’est quand ce courrier est une convocation à un contrôle judiciaire, parce qu’on ne s’est pas rendu à la précédente convocation, parce qu’on n’a pas su lire le précédent papier. « Celui à qui je demande de lire mes papiers, il était pas là, et je pouvais pas revenir vous voir docteur, vu que j’avais pas mes papiers de CMU. »

Le comble de la misère c’est quand le fonctionnaire qui a envoyé cette convocation a coché avec le plus parfait mépris toutes les cases concernant les documents à présenter, y compris le certificat de scolarité et les feuilles de paye.

Le comble de la misère c’est quand le docteur fait un certificat d’illettrisme pour justifier une absence à une convocation judiciaire. Et que le patient en est content.


Texte publié également sur le site de Martin Winckler.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

CORONAVIRUS : LE DECRET QUI N'AURA PAS LIEU... MAIS QUI AURAIT TOUT CHANGÉ ?

Cet article ne sera sans doute presque pas lu. Il a surtout pour objectif de prendre date. Je prends le risque d'avoir tout faux. Ou tout bon.




UN PROJET DE DECRET QUI N’AURA JAMAIS LIEU

Décret du 20 mars 2020 portant diverses mesures relatives à la lutte contre la propagation du virus covid-19 Mise à disposition urgente d’hydrochloroquine et d’azithromycine pour soigner les personnes malades du coronavirus. Réquisition des chaînes de fabrication des firmes concernées. Autorisation immédiate de prescription et dispensation gratuite.


Considérant que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré, le 30 janvier 2020, que l'émergence d'un nouveau coronavirus (covid-19) constitue une urgence de santé publique de portée internationale ;
Considérant le caractère pathogène et contagieux du virus covid-19;
Considérant que de plus en plus de données scientifiques dans lemonde sont concordantes concernant l’efficacité de l’hydroxychloroquine (commercialisé en France sous le nom d…

APHORISMES COVIDIENS

5 avril

1
"Les périodes de péril mettent les âmes à nu"
(email d'Irène Frachon reçu le 13 mars 2020, alors que nous échangions sur l'arrivée de l'épidémie)



2
Quand on voit  le nombre de médecins qui révèlent sur les réseaux sociaux des compétences exceptionnelles pour analyser avec précision l'information scientifique, y compris pour des études pour lesquelles une seule lecture suffit à se rendre compte de la faiblesse, on ose espérer que, forts de cette expertise, ils n'ont jamais prescrit ou conseillé (liste non exhaustive) :
- de mammographie pour le dépistage du cancer du sein,
- de PSA pour le dépistage du cancer de la prostate,
- de médicaments antialzheimers,
- de vaccin antigrippal pour réduire la mortalité chez les vieux,
- de statines en prévention primaire,
- de glitazones et apparentés pour le diabète,
- la plupart des antidépresseurs IRS, qui n'ont pas démontré d'efficacité supérieure au placebo,
- plus de deux neuroleptiques associés,
- etc, etc…

Aphorismes covidiens (2)

13 avril

25
On doit garder en mémoire que l'ensemble des administrations et bureaucraties sanitaires actuelles (ARH en 1996, puis ARS en 2010, direction hospitalière depuis 2005, sécurité sociale façon AXA de van Roekeghem, etc.) n'ont été mises en place, avec les directions appropriées, que pour instaurer et organiser une gestion néolibérale du système de santé : productivité, rationnement, ouverture au privé, "responsabilisation", culpabilisation et contrôle des usagers et des soignants, etc.

Attendre de ces structures, simples effectrices des consignes ultralibérales de l'oligarchie, une action efficace et dans l'intérêt général pour la gestion d'une telle pandémie relève de la pure naïveté, pour rester dans l'euphémisme.

David Graeber, encore lui, le rappelle et le démontre dans "Bureaucratie". La bureaucratie soviétique n'était qu'un amusement à coté de la néolibérale.

26
Partout où les pires drames auront pu être évités, on ne…