Accéder au contenu principal

Demande de retrait de photographie de mademoiselle Zahia Dehar

J'ai reçu ce courriel d'une officine qui se préoccupe de la réputation électronique de Mlle Zahia Dehar qui avait défrayé la chronique footballistique dans des temps heureusement révolus. Evidemment j'ai tout anonymisé pour éviter tout problème.


Bonjour M. Bezolles,
 
Je me permets de vous contacter pour le compte de Mademoiselle Zahia Dehar qui a délégué à notre société XXXXXXXXXX la gestion de son image et de ses droits sur internet.
 
Vous avez publié une photographie de notre cliente sur votre site internet à la page suivante :
 
http://julienbezolles.blogspot.com/2010/05/bon-de-transport.html

Pourtant, Mademoiselle Dehar n’a jamais donné son autorisation préalable pour que cette photographie soit reproduite et publiée sur votre site internet. Cette autorisation est pourtant nécessaire. En effet, chaque individu, quelle que soit sa notoriété dispose  sur son image et l’utilisation qui en est faite, d’un droit exclusif qui lui permet de s’opposer à sa diffusion sans son autorisation. Ainsi, cette diffusion porte atteinte au droit à l’image de notre cliente au sens de l’article 9 du Code civil. De plus, j’attire votre attention sur le fait que Mlle Dehar était mineure lorsque cette photographie a été prise.
 
En outre, la diffusion de cette photographie est très préjudiciable pour Mlle Dehar dans la mesure où elle ne reflète plus sa personnalité et ses perspectives actuelles.
 
Ainsi et compte tenu du préjudice important que subit notre cliente, je fais appel à votre compréhension et vous demande de bien vouloir retirer la photographie que vous avez publiée.
 Bien cordialement,
--
AlXXXXXXXX
Juriste

Tel. direct:
Blog: http://www.XXXXXXXXXX
Twitter: @rXXXXXXXXX
 Facebook: facebook.com/XXXXXXXXXX
 

Effectivement, y a outrage. Et j'en présente très sincèrement toutes mes excuses à la victime. J'ai donc totalement modifié la photo de façon à la rendre absolument impossible à identifier, et suite à une relance de cette entreprise de purification électronique, je l'ai même supprimée.  Jugez par vous même sur la page concernée : http://julienbezolles.blogspot.com/2010/05/bon-de-transport.html 
Pour montrer toute ma bonne volonté et réparer ainsi mon erreur je vous invite donc tous à vous rendre sur le site officiel de Melle Zahia Dehar afin que vous réalisiez à quel point son site actuel ne reflète plus sa personnalité et ses activités passées. Encore toutes mes excuses, et que ceux qui hébergeraient encore sur leur blog, de façon tout à fait involontaire comme moi, des photos de la Zahia Dehar d'avant s'empressent de les occulter. Merci.


 

Commentaires

  1. Hypocrisie mercantile, quand tu nous tiens...!

    RépondreSupprimer
  2. Wahoo. Pourtant j'en ai vu des conneries.

    -_-

    Elle était mineure sur cette photo. Donc c'est plus grave de mettre une photo d'elle mineure sur un blog, que de la b*iser dans un coin en lui signant un gros chèque. J'ai raté ma vie.

    RépondreSupprimer
  3. Rien n'est perdu Laetitia...
    Tu acceptes la Carte Bitale ? ;-)

    RépondreSupprimer
  4. Je suis majeure et sûrement déjà trop défraîchie, c'est trop tard. Mais si j'avais su...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

CORONAVIRUS : LE DECRET QUI N'AURA PAS LIEU... MAIS QUI AURAIT TOUT CHANGÉ ?

Cet article ne sera sans doute presque pas lu. Il a surtout pour objectif de prendre date. Je prends le risque d'avoir tout faux. Ou tout bon.




UN PROJET DE DECRET QUI N’AURA JAMAIS LIEU

Décret du 20 mars 2020 portant diverses mesures relatives à la lutte contre la propagation du virus covid-19 Mise à disposition urgente d’hydrochloroquine et d’azithromycine pour soigner les personnes malades du coronavirus. Réquisition des chaînes de fabrication des firmes concernées. Autorisation immédiate de prescription et dispensation gratuite.


Considérant que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré, le 30 janvier 2020, que l'émergence d'un nouveau coronavirus (covid-19) constitue une urgence de santé publique de portée internationale ;
Considérant le caractère pathogène et contagieux du virus covid-19;
Considérant que de plus en plus de données scientifiques dans lemonde sont concordantes concernant l’efficacité de l’hydroxychloroquine (commercialisé en France sous le nom d…

APHORISMES COVIDIENS

5 avril

1
"Les périodes de péril mettent les âmes à nu"
(email d'Irène Frachon reçu le 13 mars 2020, alors que nous échangions sur l'arrivée de l'épidémie)



2
Quand on voit  le nombre de médecins qui révèlent sur les réseaux sociaux des compétences exceptionnelles pour analyser avec précision l'information scientifique, y compris pour des études pour lesquelles une seule lecture suffit à se rendre compte de la faiblesse, on ose espérer que, forts de cette expertise, ils n'ont jamais prescrit ou conseillé (liste non exhaustive) :
- de mammographie pour le dépistage du cancer du sein,
- de PSA pour le dépistage du cancer de la prostate,
- de médicaments antialzheimers,
- de vaccin antigrippal pour réduire la mortalité chez les vieux,
- de statines en prévention primaire,
- de glitazones et apparentés pour le diabète,
- la plupart des antidépresseurs IRS, qui n'ont pas démontré d'efficacité supérieure au placebo,
- plus de deux neuroleptiques associés,
- etc, etc…

Aphorismes covidiens (2)

13 avril

25
On doit garder en mémoire que l'ensemble des administrations et bureaucraties sanitaires actuelles (ARH en 1996, puis ARS en 2010, direction hospitalière depuis 2005, sécurité sociale façon AXA de van Roekeghem, etc.) n'ont été mises en place, avec les directions appropriées, que pour instaurer et organiser une gestion néolibérale du système de santé : productivité, rationnement, ouverture au privé, "responsabilisation", culpabilisation et contrôle des usagers et des soignants, etc.

Attendre de ces structures, simples effectrices des consignes ultralibérales de l'oligarchie, une action efficace et dans l'intérêt général pour la gestion d'une telle pandémie relève de la pure naïveté, pour rester dans l'euphémisme.

David Graeber, encore lui, le rappelle et le démontre dans "Bureaucratie". La bureaucratie soviétique n'était qu'un amusement à coté de la néolibérale.

26
Partout où les pires drames auront pu être évités, on ne…