dimanche 23 mai 2010

Bon de transport

"Œuvre de l'esprit"
De scrupuleux brimborions de morale dont au sujet desquels je travaille puissamment à m'extraire, m'ont fait hésiter, reculer à publier ce texte, craignant que des personnes de compréhension différentes et néanmoins internetisées (ce qui est loin d'être antinomique convenons en), d'ailleurs sous-citées dans le présent document et plus connues sous le vocable de cons, s'offusquent de la crudiviolence de certains propos.

A leur intention et à celles de certains autres qui, à la lecture de ce texte, se découvriraient avec une stupeur néanmoins teintée de satisfaction (car il est toujours rassurant de se sentir de la meute) appartenir à cette vaste et très dominante population, tel l'univers toujours en expansion, celle des patentés abrutis, érodés du bulbe, fieffés imbéciles, anéantis neuronaux, bref ceux à l'entendement altéré, je tiens à préciser qu'il s'agit ici comme dans le reste de ce blog d'ailleurs d'"œuvre de l'esprit", ainsi que j'en ai découvert le sens grâce au procureur de Montgolfier suite à l'affaire de la photo de la Fnac de Nice (voir ci-contre).

Si tant est qu'en la circonstance le concept d'esprit soit approprié, et tout en laissant au lecteur son jugement sur l'hypothétique dimension littéraire de cette conchiure, car comme disait Céline : "Chie pas juste qui veut !...", tout ceci n'en reste pas moins une ré-création. A bon comprendeur !...




Cher monsieur l'oncoprostatoradiothérapeute cher, cher leader d'opinion de CHR,

Votre irradiante magnificence a estimé nécessaire de convoquer à votre consultation d'oncoprostatoradiothérapie locorégionale sise dans le service du même nom au CHR de Bourdogne-les-Suçons, l'immatriculé social Robert X., 78 ans, qui dans un moment d'égarement et en l'absence comme il se doigt de tout consentement éclairé, a commis l'imprudence de me désigner comme médecin traitant conformément à la loi de juillet 2004 portant réforme de la sécurité sociale (plus connue sous le nom de loi Douste-Blazy d'enculation des assujettis) par le truchement du formulaire idoine S3704, dument rempli et paraphé par les deux parties en présence de la carte vitale de l'impétrant, puis précautionneusement déposé sans récépissé ni trace aucune dans la boite à lettres de la Section Primitive de la Sécuritate Sociale de Blougnac-sur-Hideuse (département de Meurthe-et-Garonne-Inférieure).

C'est, cela va de soi, en consultation privée que vous l'espérez. Tant qu'à faire. Moquette, fauteuil cuir, on paye à l'entrée. Satisfait et déboursé surtout .

Il vous avait pourtant pourtant rien demandé le pauvre bougre, sacrifié médical, victime du Knock syndrome, profitassion et tout ça. A ce qu'il parait que vous lui auriez radié suppressivement sa prostate ça fait 8 ans subséquemment à son PSA qu'aurait dépassé la limite légale autorisée vu qu'elle aurait contenu la prostate d'ycelui des cellules qui se seraient faites prévaloir comme prétendument malignes les bougresses en dedans de l'intérieur du susdésigné organe. Donc je résume : N'importe quoi. Nous sommes d'accord. Jusque là.

Lorsque vous l'avez rayonnifié de votre savoir, de votre iode et de la suffisance nécessaire à l'amalgame des deux, il vous avait pas demandé plus qu'aujourd'hui remarquez. L'avait juste subi, le tchernobylié prostatique, le zélé rabattage du larbin médical précédent, serf soumis kapo généraliste agentique du camp de dépistage à tous les étages. "Le professeur l'a dit, moi je m'exécute et j'exécute, obéis aux ordres moi, pour 22 euros avec les charges faut pas demander de penser en plus, faut bien que tout le monde vive, et se croye d'une quelconque utilité en ce bas monde et si c'est au prix d'une prostate pourquoi pas." Milgram toujours là. Mon honneur pour un 4X4.

C'est la grande filière du trou du cul mon bon ! rabadépistage organisé, par ici la monnaie ! Passé 50 tout mâle y passe, prostate y trépasse ! Le généraliste inocule la trouille, l'urologue encule, le cancérologue exulte, le radiothérapeute ramasse, tout le monde y a droit, tout le monde y palpe, 22 euros pour le grouillot, séjour au chaud à l'irradiateur. Hiérarchie tout de même ! Du producteur au distributeur, les intermédiaires s'empaffent. Tout est organisé ! vu à la télé, cardinisé Téléphone çonne sur Rance-Inter, lu VSD, promu vedette ciné, prostate à la thune, AFU à l'affût, Anamacap plein cap, service après-fiente assuré HAS-INCA, Honte code, c'est tout bu. Investissez dans l'iode radioactive, petits spenculateurs, y a du débouché... retour sur investissement, le secteur connaît pas la crise.

La probabilité donc que grâce à vos œuvres et à vos pompes, cher dosimaître, l'infortuné Robert ait maléficié d'un surdiagnostic et d'un surtraitement à sa suite doit malheureusement être considérée, et pour ma part en ce qui me concerne moi-même personnellement, retenue avec toute l'attention et la rage requises.

Ça veut dire, en clair, pour les personnes de compréhension différente dont je ne puis imaginer un seul instant qu'elles s'attardent sur ce blog au delà des quelques nanosecondes nécessaires à la prise de conscience de leur indésirabilité, que dans un système médical digne de ce nom, il eut fallu leur foutre une paix impériale, une tranquillité de première bourre, à lui et à sa prostate à Robert. Mais c'est trop tard, quand le foutre est sucé faut l'avaler, mâchonnait encore récemment feue ma vieille mère.

Comme c'est à 150 km de son domicile que vous malofficiez, portée maxi de votre rayon de nuisance, vous lui auriez fait rapporté par votre secrétaire, celle qui a en charge la question des transports, pas l'autre, c'est organisé, de "voir avec votre médecin traitant pour le bon de transport"... Sic !

Trique !... Nique !... Foutre !... Ecorché !... Indigné le Bezolles !... Eruption de l'Eyjafjallajökull ?... moins qu'un pet de mouche !... fuite de pétrole de la Baiseuse Pétroleum ?... mélena de coccinelle ! étron de bourdon !... Pas plus !... outrancié... salopé.... humillionationné !... Milliard de générations !... Explosion, expulsion par tous les pores !
Mais Aaaattention, hein !... Ouh là !... Continence hein, retenue, self control, yoga, relaxation, détente, hop. Pas une trace, pas un signe le Juju. Sérénité compacte !... Sans fissure. Rien que de l'intime, de l'interne, de l'interiorisé question fulminance.

Comme vous vous le figurez, cher uroleader, j'ai donc tenu à vous téléphoniquer moi-même personnellement pour entendre ça de votre bouche cher fumier, voir si vous aviez encore des couilles vous-mêmes, pas celles que vous empilez depuis 30 ans façon trophée de chiasse merdicale, momifiées rayon gamma, pour me le dire en face, me le cracher à la gueule votre mépris spécialisé professoral, radiochié, l'expression de votre profonde déconsidération.

Bien sûr la rencontre a pas eu lieu. Faut pas rêver ! J'ai pas eu l'horreur.

Un artiste de votre envergure, chef de sévice, membre fondateur de la société d'urologie des Bahamas et des Caïmans réunies, client émérite de la Asshole Illimited Fucking Bank, vice président honoraire de la Triade Oncologique de Shanghaï, membre associé des Yakusas Radiothérapiques de Honshu, Secrétaire de la Section PSA de la Camorra Napolitaine, membre actif de l'Association pour la Réhabilitation de Josef Mengele, ça cause pas si facile au petit personnel ça non !...

Non mais qu'est ce qu'y croit ? Y s'fourre le doigt dans l'adénome jusqu'à la surrénale le généralâtre, et si c'était possible on le verrait bien se tripatouiller l'hypophyse avec. Y se croit Christophe Colon qu'a découvert la marisque !... Si ça se trouve au moment où je tentais ma désespérée poussée de fierté, pathétique, téléphonique, bubonique, ridicule, lamentable, rigolable, vous, vous faisiez urotouriste à bon compte pharmaceutique, dans je ne sais trop quel foutricule atoll de l'Océan Indien avant submersion climatique.

C'est votre secrétaire qui m'a répondu. Fort civile d'ailleurs. Entre larbins le courant passe. Courant domestique, basse tension, faible résistance, pas de droits de l'ohm ici. Elle m'a assuré votre secrétaire qu'elle était bien au regret de ne pouvoir me mettre en contact avec votre Saigneurie, au motif que vous seriez (cochez la case) :
  • en train d'irradier l'anus d'une haute autorité.
  • en pleine urgence avec Z..... après le but plein cadre de Ribéry.
  • en séance de cuissage de votre interne.
  • en cours d'enfilage de la dernière sonde interne sur l'externe, en vue de son intégration au séminaire des Paires du Saint Prépuce.
  • avec Michel Cymès en direct sur Rance 24
  • en conférence avec votre avocat au golf de Saint-Fion-la-Pimbêche.
  • in bed with Roselyne, all simply.

"Euh, oui évidemment on les fait pas nous les bons de transport, c'est le médecin traitant pour ça." Elle a tenu à me les mettre les poings sur les I, affable la préposée.

Bon.

C'est maintenant que ça lâche ! les bandes dilacèrent !... la digue explose !... Xynthia c'est pipi !... Finie la retenue ! achevée la rétention ! évanouie la correction ! Le bouchon saute, éclate, pète. Taïaut !... le caillot expulsé, évacué. C'est l'hallali !... Ça lâche, hémorragise, dégouline, suinte, répandouille partout, ras les ostiums !... La varice est l'amère de tous les mots. C'est l'année vraie de l'anévrisme. Splash !... Les défenses sont débordées, le surmoi désossé... le dégoût submerge, l'écœurement dégueule, la répugnance assaulte. Hémorragie de l'émotion ! Stop !!!...

Monsieur l'uroconnologue, je voulais juste te signifier que si j'apercevais malgré tout bientôt au loin mes 20 années de pratique de foutremerde médicastrique, c'était pas dans l'idée de te caresser l'hémorroïde, option sous-derche, au delà de la décence ordinosyndicale requise.

Si tu fais ta vaseline, ta réputréfaction, ta carrière sur le dos, le cul, les couilles du bon peuple et qu'il est assez soumis pour se laisser enculer en remerciant, en en redemandant même mon bon maître, un petit tour de plus pour la biroute, c'est son problème.

Assume assure allume mon brave. Va jusqu'au fiond. Délecte-t'en bien, jusqu'aux babines, jusqu'aux papilles, à t'en submerger les sphincters. ¡ Hasta la llenositad ! Mais s'il te plaît, par pitié, pas moi, garde moi loin de tes turpitudes, saloperies, merdreries. Me mêle pas à ça, je t'en supplie !

Pour la remplissure des bons de transport et autres paperachieries, si tu sais pas comment procéder, si t'as des difficultés, j'anime du haut de mon expertise de dérouleur chef de rouleau de pécudministratif, un séminaire de deux jours de formation au noircissement de formulaire. "Du bon usage de l'Ausweis sécuritaire social", agréé CPAM, indemnisé FPC, feuille de soins barrée et chèque de caution Niclays Bank.

Soigner des gens, mon cher con mon cher frère, c'est pas seulement, si tu veux tout savoir, les inviter à contempler bêtifiés, soumis, ligotés, brancardisés, ton inhospitalière Suffisance avec tact et démesure. Si tu veux du monde à ton urospectacle, le plus grand Foutriquet du monde, assister à ton grand numéro de cancéroguignol, faut aussi assurer la logistique, ticket d'entrée, parking, ouvreuse, réservations, etc.

Mais moi je veux pas être au générique tu comprends ? S'il te plaît.... Pas sur l'affiche !... Même pas dans un coin. J'en jaunis à l'idée !... Merci non. Ça suffit comme ça !... Assez donné, assez dilaté l'anneau, élargi le cercle de mes relations. J'en veux plus !... Nausée.... Sers toi donc des petites mains du personnel indigène de chez toi, payé pas cher pour, si toi tu réserves les tiennes à enfourrailler le cul des malades y ramener à la surface les biftons. Grattage et tirage !... A tous les trous tu gagnes ! T'as pas besoin de moi !... Oublie moi veux tu !

Je te vois là me dire : "Bon OK faut pas s'énerver, kipcoule cher confrère, c'est rien qu'une humiliation, un mépris supplémentaire, médecine en général, spécialité larbinat hospitalo-universitaire. Du classique quoi, de l'habituel, du consensuel, décrit dans la littérature, référencé, formaté. Vous étiez averti !..." J'acquiesce. Gratter du formulaire pour étendre l'hydre tentaculitaire sur qu'il reste d'humain chez l'humain, ça mobilise toujours les envies, les passions, vocations. Orwell, 1984, URSS, Seku, et tout ça. Il suffit de savoir le présenter, faire passer, onguent, promesse, caresse, fesse, pèze. J'admets.

"Je suis là pour vous éviter d'être généraliste". Mot d'accueil du fesseur pro, en saignant du sévice, aux protocarabins béats de première année, bouches en cul, alignés prêts dispos pour leurs dix années de sodormation médicale initiale, trente en continue si affinité... Révisez vos anales !... Décervelage final, déneuronage assuré en fin de parcours. Déshumanisation, inhumation finale de l'humanité. Si ce n'est toi c'est donc ton frère monsieur l'anusologue-chef. C'est vrai qu'on comprend mieux ainsi, c'est plus clair d'emblée. Vaut mieux savoir dès le départ.
Service rendu tout compte fait.

Alors je te le dis avec tout le respect que je dois en retour de ta méprissime manière énormément dégueulasse, cher Radioleader totalitaire : ton bon de transport, tu le saisis toi-même (voir modèle ci-dessus), puis tu peux le rouler menu menu menu menu, te le tortillonner, serrer dans tes doigts finement manucurés sûrement assurés, et te le colloquer patiemment, lentement, posément au plus profond de ta loge, te le prostatiser raide, carrer dans l'oignon précautionneusement fond du fion. Sans moi.

Je ne sais pas si j'ai suffisamment exprimé le fond de ma pensée, mais si je devais la résumer là maintenant en une apostrophe définitivo-saignante conclusive, je dirais que je ne t'aime pas beaucoup monsieur. Voilà ! C'est dit ! Oui !... c'est bien ça !

Je n'envisage pas tout compte fait, bien pesé, bien mesuré, bien débandé, tisser avec Ta Bassesse des relations durables, cordiables, mettables, dans un futur approximatif. Nous ferons loge séparée, nous n'aboucherons pas ensemble, chacun son carcinome et les métastases seront bien gardées. J'ai l'honneur de ne pas te demander ta main, ne mettrais pas mon nom en bas du bon de transport. Voilà !... Me suis je bien fait comprendre ?

Soyez donc assuré cher confrère, monsieur et cher mettre bien au fond solidement ancré, de mes sentiments les plus déférenticules, urinoires, excrédémentiels, et pour tout dire défécatifs.

Docteur B.

9 commentaires:

  1. Bravo et merci. Tu fais honneur à la MG.

    RépondreSupprimer
  2. Le paludier
    bravo! c'est tout. c'est partout pareil.
    je leur file le bon de transport sans le tampon, qu'ils feront tamponner a l'arrivée, par la secrétaire, pourquoi pas? Restons de mauvaise grâce après tout!

    RépondreSupprimer
  3. Pas bête, le paludier !

    RépondreSupprimer
  4. Sacré coup de gueule. Il y a le bon de transport mais il y a aussi le coup de l'arrêt de travail, ça ne vous est pas encore arrivé?
    Bravo encore!!

    RépondreSupprimer
  5. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  6. J'Oreste s'envoie...

    RépondreSupprimer
  7. magistral
    CELINIEN
    putain ça fait du bien de lire ça
    moi je suis du genre à rire dee ce texte magnifique
    mon seul titre de gloire est d'avoir dit à mon urologue aprés un doigt inquisiteur
    "on peut peut-etre se tutoyer maintenant, docteur ?"

    RépondreSupprimer
  8. Labsus magistral à droite de la photo : "en l'absence comme il se doigt"...

    RépondreSupprimer