Accéder au contenu principal

La barbuda

Consultation authentique pas plus tard qu'hier.

Elle a 20 ans et vient pour la première fois au cabinet médical.

"Vous acceptez de nouveaux clients ? qu'elle me demande.
- Non, pas des clients, mais des patients... ici c'est un cabinet médical", que j'y rétorque.
- Oui, je voulais dire client.
- Alors qu'est ce qu'il vous arrive ?
- Ben voilà, j'ai mal à la gorge et j'ai le nez pris.
- Bon vous avez un rhume, quoi.
- Oui, c'est ça.
- Et puis surtout je n'arrive pas à être enceinte. Je suis restée deux ans sans règles, et puis j'en ai eu une fois et puis après rien pendant 6 mois. Ca fait trois ans que j' essaye. Pourtant j'ai déjà été enceinte à 15 ans, mais j'ai perdu le bébé dans un accident."

Aux étudiants on explique que ça, c'est le motif principal de la consultation. Le rhume, c'est le secondaire.

Elle pèse 88 kilos pour 1 mètre 63.
"Oh, mon dieu !, qu'elle s'exclame.
- Vous pensiez que vous pesiez combien ? que j'y demande.
- Je sais pas, 75 kilos peut-être, qu'elle me répond.
- Ca fait longtemps que vous ne vous êtes pas pesé ? que j'y redemande.
- Oui, qu'elle me rerépond."

Je vous épargne l'examen du rhume, mais pas ses favoris qui descendent jusqu'en bas des joues, qu'elle se rase apparemment, sa moustache itou, ses poils au menton idem.

Bon.

Pour ceux d'entre vous qui prétendent pratiquer la médecine, j'imagine que, tout comme moi, vous avez pas mis longtemps à ce que le nom vous vienne à l'esprit : "syndrome des ovaires polykystiques", ou je ne sais trop quel autre nom vous lui donnez, mais je sais que vous avez eu le déclic : obésité, hirsutisme, troubles des règles, stérilité...

"Bon, je vais vous soigner votre rhume, mais j'ai une idée sur la raison pour laquelle vous ne pouvez pas être enceinte, et j'ai une bonne nouvelle : ça se soigne", que j'y dis pas peu fier de mon coup. Mais il faut qu'on se revoit plus longuement pour en parler. Vous n'avez jamais consulté pour ça ?
-
Non.
- Et pour vos poils sur le visage, vous n'en avez jamais parlé non plus à un médecin ?
- Ah, pour ça oui, j'y en avais parlé ! Mais mon médecin il m'a dit que c'est parce que je suis d'origine espagnole. Alors..."

J'espère que tout comme moi vous êtes absolument outré par cette réponse lamentable de ce confrère. Car tout le monde sait que ce sont les Portugaises qui se rasent chaque matin.

Olé.

Commentaires

  1. je suis mort de rire par la chute de ton post hahahahhaha :-)

    RépondreSupprimer
  2. Peut-être ce cher confrère les avait-il ensablées?

    RépondreSupprimer
  3. Et moi quand je sors à mes Prôôffesseurs de Médecine Générale pleins de Majuscules qui trainent à la faculté le temps d'un pitoyable séminaire, que quand même, il y a des mauvais médecins généraliste... on me réponds "mais non, tu sais, c'est difficiiiile de juger, comme ça, et puis, quand même, il a sans doute des excuses..."
    Quelle bande de froussards de médeux, ils me fatiguent !
    Merci donc de m'appuyer : il y en a qui ont oublié bien des choses, et la médecine est un art dangeureux si on n'y fait pas suffisamment attention.
    Merci pour ce petit article en tout cas, je m'en retourne à mes révisions intensives histoire de pas être trop mauvaise, quand je s'rai grande.

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

CORONAVIRUS : LE DECRET QUI N'AURA PAS LIEU... MAIS QUI AURAIT TOUT CHANGÉ ?

Cet article ne sera sans doute presque pas lu. Il a surtout pour objectif de prendre date. Je prends le risque d'avoir tout faux. Ou tout bon.




UN PROJET DE DECRET QUI N’AURA JAMAIS LIEU

Décret du 20 mars 2020 portant diverses mesures relatives à la lutte contre la propagation du virus covid-19 Mise à disposition urgente d’hydrochloroquine et d’azithromycine pour soigner les personnes malades du coronavirus. Réquisition des chaînes de fabrication des firmes concernées. Autorisation immédiate de prescription et dispensation gratuite.


Considérant que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré, le 30 janvier 2020, que l'émergence d'un nouveau coronavirus (covid-19) constitue une urgence de santé publique de portée internationale ;
Considérant le caractère pathogène et contagieux du virus covid-19;
Considérant que de plus en plus de données scientifiques dans lemonde sont concordantes concernant l’efficacité de l’hydroxychloroquine (commercialisé en France sous le nom d…

APHORISMES COVIDIENS

5 avril

1
"Les périodes de péril mettent les âmes à nu"
(email d'Irène Frachon reçu le 13 mars 2020, alors que nous échangions sur l'arrivée de l'épidémie)



2
Quand on voit  le nombre de médecins qui révèlent sur les réseaux sociaux des compétences exceptionnelles pour analyser avec précision l'information scientifique, y compris pour des études pour lesquelles une seule lecture suffit à se rendre compte de la faiblesse, on ose espérer que, forts de cette expertise, ils n'ont jamais prescrit ou conseillé (liste non exhaustive) :
- de mammographie pour le dépistage du cancer du sein,
- de PSA pour le dépistage du cancer de la prostate,
- de médicaments antialzheimers,
- de vaccin antigrippal pour réduire la mortalité chez les vieux,
- de statines en prévention primaire,
- de glitazones et apparentés pour le diabète,
- la plupart des antidépresseurs IRS, qui n'ont pas démontré d'efficacité supérieure au placebo,
- plus de deux neuroleptiques associés,
- etc, etc…

Aphorismes covidiens (2)

13 avril

25
On doit garder en mémoire que l'ensemble des administrations et bureaucraties sanitaires actuelles (ARH en 1996, puis ARS en 2010, direction hospitalière depuis 2005, sécurité sociale façon AXA de van Roekeghem, etc.) n'ont été mises en place, avec les directions appropriées, que pour instaurer et organiser une gestion néolibérale du système de santé : productivité, rationnement, ouverture au privé, "responsabilisation", culpabilisation et contrôle des usagers et des soignants, etc.

Attendre de ces structures, simples effectrices des consignes ultralibérales de l'oligarchie, une action efficace et dans l'intérêt général pour la gestion d'une telle pandémie relève de la pure naïveté, pour rester dans l'euphémisme.

David Graeber, encore lui, le rappelle et le démontre dans "Bureaucratie". La bureaucratie soviétique n'était qu'un amusement à coté de la néolibérale.

26
Partout où les pires drames auront pu être évités, on ne…