Accéder au contenu principal

A quoi sert la prostate

L'Association française d'urologie a financé un amusant micro-trottoir où des passants sont interrogés sur la prostate. Il leur est demandé à quoi elle sert, et où elle se situe. Les réponses sont variées. Si certaines approchent de la bonne solution: "Ca sert à attraper le cancer", personne ne l'a vraiment trouvée.



Le schéma explicatif pédant à la fin de cette video n'est que calembredaine.

La vraie réponse est la suivante :

Votre prostate se situe exactement à gauche dans le portefeuille de votre urologue, entre ses actions des labos pharmaceutiques produisant les médicaments dits de la dysfonction érectile (sildenafil, tadanafil et autres) et ses cartes bancaires Gold.
Votre prostate représente environ 40 pour cent de son chiffre d'affaires et permettra, quel que soit le prix de l'essence, de continuer indéfiniment à faire le plein du gros 4X4 de marque allemande que vous venez de voir garé sur le parking de la clinique privée que vous êtes en train de quitter tout tremblant, puisque après avoir fait un dosage du PSA et une biopsie, il vous a fait croire que vous aviez un cancer qui en fait ne se développera probablement pas.
Et que si vous ne vous reteniez pas vous lui auriez fait une estafilade longue comme ça avec votre clé à la carrosserie de sa putain de bagnole.

Chaque être humain mâle a en fait trois bourses : deux lui appartiennent et logent les testicules, la troisième est celle de son urologue et s'appelle prostate.

Voir en vrai le site du Formindep, celui de l'URML de la Réunion et enfin Atoute.org.

Commentaires

  1. Je trouve ça très rigolo, et pas loin du contre-productif...
    En fait, les gens disent exactement la même chose que toi :
    "C'est un truc qu'on opère, non ?"
    "Heu, je sais que je dois avoir une prise de sang pour ma prostate"
    "Ca sert à choper des cancers"

    En fait, ils ont tout compris.

    RépondreSupprimer
  2. Oui, quelque part ils se doutent bien qu'il y a une anguille sous la prostate. Ils sont pas si bêtes.

    RépondreSupprimer
  3. moi je donne les 25 pages des recommadations AfSSAPS au patients de 80 piges qui me demandent leur PSA annuel ....
    mais je suis surement un peu dur

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

CORONAVIRUS : LE DECRET QUI N'AURA PAS LIEU... MAIS QUI AURAIT TOUT CHANGÉ ?

Cet article ne sera sans doute presque pas lu. Il a surtout pour objectif de prendre date. Je prends le risque d'avoir tout faux. Ou tout bon. UN PROJET DE DECRET QUI N’AURA JAMAIS LIEU Décret du 20 mars 2020 portant diverses mesures relatives à la lutte contre la propagation du virus covid-19 Mise à disposition urgente d’hydrochloroquine et d’azithromycine pour soigner les personnes malades du coronavirus. Réquisition des chaînes de fabrication des firmes concernées. Autorisation immédiate de prescription et dispensation gratuite. Considérant que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré, le 30 janvier 2020, que l'émergence d'un nouveau coronavirus (covid-19) constitue une urgence de santé publique de portée internationale ; Considérant le caractère pathogène et contagieux du virus covid-19; Considérant que de plus en plus de données scientifiques dans le monde sont concordantes concernant

Lettre ouverte à Danielle MESSAGER, journaliste santé de France-Inter

  Madame, J’ai écouté avec intérêt ce samedi 5 avril 2014 votre chronique “ carnet de santé ” concernant la campagne “ Ne lui tournez pas dos ”.  Comme vous ne pouvez l'ignorer, il s’agit d’une campagne de la firme pharmaceutique AbbVie, pour promouvoir son médicament Humira°, un nième anti TNF alpha qui a besoin d'élargir son marché en Europe. Le Dr Laure GOSSEC, médecin rhumatologue à la Salpêtrière, s’est exprimée durant cette chronique. Elle a été recrutée par AbbVie pour cautionner cette campagne. Elle n'est pour elle qu'un "leader d'opinion", instrument efficace de propagande. Elle s’exprime dans le dossier de presse de lancement de cette campagne. Elle a manifestement été très bien briefée. Du soft. Mais au fond toujours le même discours de disease mongering : maladie sous diagnostiquée, insuffisamment traitée, etc.   Selon la législation en vigueur (article L 4113-13 du code de la santé publique), elle aurait dû déclarer avant de

APHORISMES COVIDIENS

5 avril 1 "Les périodes de péril mettent les âmes à nu" (email d'Irène Frachon reçu le 13 mars 2020, alors que nous échangions sur l'arrivée de l'épidémie) 2 Quand on voit  le nombre de médecins qui révèlent sur les réseaux sociaux des compétences exceptionnelles pour analyser avec précision l'information scientifique, y compris pour des études pour lesquelles une seule lecture suffit à se rendre compte de la faiblesse, on ose espérer que, forts de cette expertise, ils n'ont jamais prescrit ou conseillé (liste non exhaustive) : - de mammographie pour le dépistage du cancer du sein, - de PSA pour le dépistage du cancer de la prostate, - de médicaments antialzheimers, - de vaccin antigrippal pour réduire la mortalité chez les vieux, - de statines en prévention primaire, - de glitazones et apparentés pour le diabète, - la plupart des antidépresseurs IRS, qui n'ont pas démontré d'efficacité supérieure au placebo, - plus de deux neuro