Accéder au contenu principal

L'arrêt de travail à deux vitesses de la Securitate Soziale de Troussidon sur Glavieuse


C'est Madame Zalo, la cinquantaine ALDisée hypertense dépresse obésivo-rhumatiforme, en arrêt de travail longue durée, je-supporte-plus-rien-docteur, dans l'attente d'une invalidité libératoire, et qui vient chercher la prolongation de son arrêt de travail débuté par le psychiatre il y a quoi allez un an au moins si c'est pas plus.
- Et vous pourriez pas me marquer 6 mois d'un coup docteur ?
- Ben c'est que tous les trois mois ça me semble bien comme ça madame Zalo.
- Et puis y a les honoraires libres, je veux dire les horaires libres docteurs. L'assistante sociale de la caisse elle m'a dit qu'y faut que vous me fassiez un certificat médical pour les justifier.
Vapeur. Alerte 1...
- Elle m'a dit que quand c'est le spécialiste ça va y en pas besoin du certificat, mais que si c'est le généraliste alors là il en faut un de certificat.
La cuve de confinement commence à se fissurer. Bouillonnement. Alerte 2.
- Ouiii et puis quoi encore ? D'abord et d'un y a pas besoin de certificat, et deux depuis quand il y a des arrêts de travail à deux valeurs, le spécialiste c'est le vrai et le généraliste faut justifier ?
- Elle dit que c'est parce que c'est parce que vous avez peut-être pas les nouveaux formulaires et que c'est marqué dessus. Et puis le docteur de la sécu, y m'a dit que c'est pas parce que vous avez les horaires libres que vous aurez pas de contrôle. Alors je lui ai demandé pourquoi, et il m'a dit : juste comme ça, pour prendre de vos nouvelles.
Boum, ça y est. Explosion de la cuve. Relarguage radioactif, fulminance. Alerte niveau 4. Evacuation de la salle d'attente. Périmètre de sécurité.
- Madame Zalo y a un moment où il faut arrêter les conneries, d'abord je sais ce que je dis, et ensuite de quoi elle se mêle cette assistante sociale, vous avez qu'à lui dire de m'appeler.
- Bon.
Généralement ça suffit à les décourager les cons, les petits fachos d'administration, les kapos de securitate, les chefaillons de sévices, les Eichmann en herbe, ceux qui nuisent sans risque, cul peinard posé sur leur anonymat, leur bureau, leur règlement, attendant la prochaine en toute indécence. C'est comme ça on y peut rien ma brave dame, votre dossier est pas complet, la photo est trop souriante.
Mais y en a des qui osent malgré tout, sûrs de leur fait, armés de leur fonctionnarité sans faille telle une arme de dégradation massive.

C'est ainsi que quelques jours plus tard Mme Zalo m'appelle, en éclaireuse, bouche émissaire, salivante gourmande rien qu'à l'idée. Va se faire enfoncer le Bezolles, profiondément.
- Je crois que l'assistante sociale va vous appeler aujourd'hui docteur. Et je l'entend bien le sourire en coin, le petit plaisir sadique, le rictus pervers.

L'après-midi.

- Bonjour c'est Madame Jolivet de la CPAM de Troussidon sur Glavieuse. Je vous appelle à propos de Madame Zalo et de son arrêt de travail... Donc je vous confirme bien qu'il faut que vous lui fassiez un certificat médical pour justifier de ses sorties libres à Madame Zalo. Au service médical, quand l'arrêt de travail est fait par le cancérologue ou le psychiatre c'est pas nécessaire, ça passe comme ça, mais si c'est  le généraliste, alors c'est différent là il en faut un.
- Dois je comprendre de vos propos chère Madame que le sévice médical, alias SM, de la Caisse de Securitate sociale de Troussidon sur Glavieuse, a généré l'arrêt maladie à deux vitesses, celui du spécialisse qui passe tout seul et celui de la soumerde  généralisse, suspect par essence et redevable d'un certificat médical. Mais c'est pas légal tout ça ma pauvre.
Je porte à votre connaissance qu'aux termes de l'article R323-11-1 du Code de la SS du 12 septembre 2007, pour des sorties libres de l'assujeti, le praticien "porte sur l'arrêt de travail les éléments médicaux le justifiant".
Je ne vois donc, sauf modification récente de la législation que je vous remercie de bien vouloir me communiquer sans tarder, que l'instauration d'une nouvelle mesure oppressatoire pour les assujettis sociaux profiteurs, humiliatoire pour les soumerdes généralisses, les obligeant à justifier sur un certificat médical idoine ce dont les spécialistes seraient exempts du fait de leur supposée excellence , mesure dont vous vous faites la complice zélée
Je précise par ailleurs que dans le cas de Mme Zalo, je suis le médecin traitant qui a obtenu sa reconnaissance en ALD qui lui était refusée depuis des années par les medcons du sévice médical de la securitate, et qu'à ce titre si, par des circonstances que je ne saurais toutefois défendre, il devait être entériné par votre administration une expertise particulière pour apprécier la capacité de Mme Zalo à sortir de chez elle entre 9 h et 11 h et 14 h et 16 h, je pourrais défendre l'idée qu'elle me soit reconnue prioritairement.
- Oui mais vous comprenez docteur, mon attitude est de défendre l'intérêt des malades.
- Au prix de cautionner et défendre le fait que le sévice médical s'assoit sans vergogne sur la légalité et contribue davantage à l'humiliation des généralistes, qui je vous l'accorde volontiers l'ont bien cherché par leur comportement en général et celui de leurs syndicats en particulier ? Drôle de conception de l'intérêt des malades, en république
- Ah, ça je ne sais pas, vous m'embrouillez avec vos histoires, je que je sais c'est que ça fonctionne comme ça à  la Securitate Soziale de Troussidon sur Glavieuse, et je vous invite à vous adresser au Sévice Médical de la Sécuritate Soziale si vous y trouvez à redire.
- Je vous en remercie. Bonne continuation et bonjour chez vous numéro 13.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Bon de transport

"Œuvre de l'esprit" De scrupuleux brimborions de morale dont au sujet desquels je travaille puissamment à m'extraire, m'ont fait hésiter, reculer à publier ce texte, craignant que des personnes de compréhension différentes et néanmoins internetisées (ce qui est loin d'être antinomique convenons en), d'ailleurs sous-citées dans le présent document et plus connues sous le vocable de cons, s'offusquent de la crudiviolence de certains propos. A leur intention et à celles de certains autres qui, à la lecture de ce texte, se découvriraient avec une stupeur néanmoins teintée de satisfaction (car il est toujours rassurant de se sentir de la meute) appartenir à cette vaste et très dominante population, tel l'univers toujours en expansion, celle des patentés abrutis, érodés du bulbe, fieffés imbéciles, anéantis neuronaux, bref ceux à l'entendement altéré, je tiens à préciser qu'il s'agit ici comme dans le reste de ce blo

CORONAVIRUS : LE DECRET QUI N'AURA PAS LIEU... MAIS QUI AURAIT TOUT CHANGÉ ?

Cet article ne sera sans doute presque pas lu. Il a surtout pour objectif de prendre date. Je prends le risque d'avoir tout faux. Ou tout bon. UN PROJET DE DECRET QUI N’AURA JAMAIS LIEU Décret du 20 mars 2020 portant diverses mesures relatives à la lutte contre la propagation du virus covid-19 Mise à disposition urgente d’hydrochloroquine et d’azithromycine pour soigner les personnes malades du coronavirus. Réquisition des chaînes de fabrication des firmes concernées. Autorisation immédiate de prescription et dispensation gratuite. Considérant que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré, le 30 janvier 2020, que l'émergence d'un nouveau coronavirus (covid-19) constitue une urgence de santé publique de portée internationale ; Considérant le caractère pathogène et contagieux du virus covid-19; Considérant que de plus en plus de données scientifiques dans le monde sont concordantes concernant

Aphorismes covidiens (2)

13 avril 25 On doit garder en mémoire que l'ensemble des administrations et bureaucraties sanitaires actuelles (ARH en 1996, puis ARS en 2010, direction hospitalière depuis 2005, sécurité sociale façon AXA de van Roekeghem, etc.) n'ont été mises en place, avec les directions appropriées, que pour instaurer et organiser une gestion néolibérale du système de santé : productivité, rationnement, ouverture au privé, "responsabilisation", culpabilisation et contrôle des usagers et des soignants, etc. Attendre de ces structures, simples effectrices des consignes ultralibérales de l'oligarchie, une action efficace et dans l'intérêt général pour la gestion d'une telle pandémie relève de la pure naïveté, pour rester dans l'euphémisme. David Graeber, encore lui, le rappelle et le démontre dans "Bureaucratie" . La bureaucratie soviétique n'était qu'un amusement à coté de la néolibérale. 26 Partout où les pires drames auront pu être év