Accéder au contenu principal

La mission sur la médecine de proximité confiée à Elisabeth Hubert


Elisabeth Hubert n'a réellement exercé la médecine générale que 3 ou 4 années à peine, il y a maintenant près de 30 ans, ses études à peine terminées. Et encore.

Installée en 1981, elle a été conseillère municipale de Nantes en 1983, députée en 1984, et dès le début apparatchik locale puis nationale du réactionnaire, corporatiste, inféodé à l'industrie, totalement médical donc, syndicat CSMF.

Il faudra sans doute des recherches minutieuses à celui qui voudra retrouver des patients se souvenant avoir été soignés par le bon docteur Hubert. Elle ne connaît donc rien ou presque à la médecine générale, la vraie, sauf ce que son expérience dans les quartiers bourgeois lui aura appris et qu'elle a maintenant largement oublié sauf à n'en retenir que les habituels clichés : les pauvres abusent par exemple. Il faut les dresser. Pardon, les res-pon-sa-bi-li-ser.

Cette courte expérience médicale ne lui aura donc servi que de marche-pied à une classique carrière politique de médecin de droite (tautologie) qui consiste essentiellement à servir la soupe aux intérêts marchands, soumettre la médecine à ces mêmes intérêts, défendre une certaine idée de la médecine l'Oréal parce que je le veau bien, 4X4, congrès labo, vacances Courchevel, etc.

Après son passage de juppette éclair à la santé en 1995, elle a donc tout naturellement rejoint l'alma mater pharmaceutique, ce qui a constitué le plus long temps de son parcours professionnel, jusqu'à siéger au bureau du Leem (ex SNIP). Depuis elle a pris le goût des places honorifiques dans le milieu de la santé, ainsi que n'importe quel administrateur d'entreprise du CAC 40, vivant de jetons de présence et de prébendes.

Je peux d'ores et déjà annoncer que la mission sur la médecine de proximité que lui a confiée Nicolas Sarkozy, frère d'un autre responsable de l'industrie pharmaceutique, François, aura les résultats suivants :
  • maintien du système libéral payé à la passe en soins primaires, à l'encontre de tout bon sens sanitaire et économique.
  • poursuite de l'enrichissement des incompétents, spécialistes en abattage général.
  • accroissement de la valorisation de la médiocrité des pratiques.
  • durcissement de la langue de bois et enfumage vis-à-vis des populations.
  • maintien et renforcement de la soumission professionnelle, syndicale, ordinale, aux intérêts industriels, catégoriels et particuliers.
  • entretien de l'anesthésie éthique, citoyenne et démocratique des médecins, proportionnelle à leur arrogance.
  • accroissement de la mainmise hospitalo-universitaire pharmaceutique sur le larbinat généraliste, avec commande massive de vaseline à la clé et à l'anus.
  • léchage politicien dans le sens du poil du cul du pool médical avant les élections présidentielles de 2012, en tant qu'électorat traditionnel et plus gros fournisseur de députés à droite, comme les enseignants pour la gauche. Les politiciens persistent à penser que les médecins peuvent influencer des élections, et les médecins aussi, détenteurs de la soi-disant relation de confiance qu'ils auraient avec leur patients, et qu'ils n'hésitent pas à instrumentaliser pour faire passer leurs idées politiques.
Tout va bien. Le lobby médical garde la main. La santé publique attendra.

Commentaires

  1. Pas gradn chose à ajouter, d'accord avec vous du début à la fin.

    Baptiste, médecin généraliste remplaçant

    RépondreSupprimer
  2. Vous devriez vous reconvertir dans la voyance, un métier d'avenir... Vous semblez très doué, hélas.

    RépondreSupprimer
  3. Une piste pour Mme Hubert: augmenter le nombre de places au concours d'autorisation d'exercice des médecins à diplôme hors union européenne (PAE).. Des milliers de médecins à diplôme étranger, dont la plupart sont de nationalité française, exercent dans les CHU et le hôpitaux français sous le statut d'étudiants... Ces médecins ont été formés en partie en France (AFS,AFSA, DIU...) ont une gande flexibilté et une mobilté. Ils sont représentés par un syndicat le SNPADHUE, qui ne cesse de réclamer une augmentation du nombre de places au concours.

    RépondreSupprimer
  4. Une piste pour Mme Hubert: augmenter le nombre de places au concours d'autorisation d'exercice des médecins à diplôme hors union européenne (PAE).. Des milliers de médecins à diplôme étranger, dont la plupart sont de nationalité française, exercent dans les CHU et le hôpitaux français sous le statut d'étudiants... Ces médecins ont été formés en partie en France (AFS,AFSA, DIU...) ont une gande flexibilté et une mobilté. Ils sont représentés par un syndicat le SNPADHUE, qui ne cesse de réclamer une augmentation du nombre de places au concours.

    RépondreSupprimer
  5. Allons, il n'y a pas plus à attendre d'elle que du pépé du CNOM de Neuilly, encore des belles paroles, encore la panacée avec des maisons médicales à 60 % de charge de fonctionnement, encore un frottis à 7 € et qu'on s'étonne qu'on n'en fasse pas plus, etc.
    Allez, la messe est dite !

    RépondreSupprimer
  6. Le rapport est là :
    http://www.elysee.fr/president/root/bank_objects/rapport_definitif_.pdf

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Bon de transport

"Œuvre de l'esprit" De scrupuleux brimborions de morale dont au sujet desquels je travaille puissamment à m'extraire, m'ont fait hésiter, reculer à publier ce texte, craignant que des personnes de compréhension différentes et néanmoins internetisées (ce qui est loin d'être antinomique convenons en), d'ailleurs sous-citées dans le présent document et plus connues sous le vocable de cons, s'offusquent de la crudiviolence de certains propos. A leur intention et à celles de certains autres qui, à la lecture de ce texte, se découvriraient avec une stupeur néanmoins teintée de satisfaction (car il est toujours rassurant de se sentir de la meute) appartenir à cette vaste et très dominante population, tel l'univers toujours en expansion, celle des patentés abrutis, érodés du bulbe, fieffés imbéciles, anéantis neuronaux, bref ceux à l'entendement altéré, je tiens à préciser qu'il s'agit ici comme dans le reste de ce blo

CORONAVIRUS : LE DECRET QUI N'AURA PAS LIEU... MAIS QUI AURAIT TOUT CHANGÉ ?

Cet article ne sera sans doute presque pas lu. Il a surtout pour objectif de prendre date. Je prends le risque d'avoir tout faux. Ou tout bon. UN PROJET DE DECRET QUI N’AURA JAMAIS LIEU Décret du 20 mars 2020 portant diverses mesures relatives à la lutte contre la propagation du virus covid-19 Mise à disposition urgente d’hydrochloroquine et d’azithromycine pour soigner les personnes malades du coronavirus. Réquisition des chaînes de fabrication des firmes concernées. Autorisation immédiate de prescription et dispensation gratuite. Considérant que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré, le 30 janvier 2020, que l'émergence d'un nouveau coronavirus (covid-19) constitue une urgence de santé publique de portée internationale ; Considérant le caractère pathogène et contagieux du virus covid-19; Considérant que de plus en plus de données scientifiques dans le monde sont concordantes concernant

Aphorismes covidiens (2)

13 avril 25 On doit garder en mémoire que l'ensemble des administrations et bureaucraties sanitaires actuelles (ARH en 1996, puis ARS en 2010, direction hospitalière depuis 2005, sécurité sociale façon AXA de van Roekeghem, etc.) n'ont été mises en place, avec les directions appropriées, que pour instaurer et organiser une gestion néolibérale du système de santé : productivité, rationnement, ouverture au privé, "responsabilisation", culpabilisation et contrôle des usagers et des soignants, etc. Attendre de ces structures, simples effectrices des consignes ultralibérales de l'oligarchie, une action efficace et dans l'intérêt général pour la gestion d'une telle pandémie relève de la pure naïveté, pour rester dans l'euphémisme. David Graeber, encore lui, le rappelle et le démontre dans "Bureaucratie" . La bureaucratie soviétique n'était qu'un amusement à coté de la néolibérale. 26 Partout où les pires drames auront pu être év