Accéder au contenu principal

Souvenirs, souvenirs...


© Roger-Viollet

En février 1935, les étudiants en médecine français font grève contre l'"invasion métèque" dans les facultés de médecine, soutenus par leurs professeurs et "maîtres", le syndicat médical de l'époque, les journaux médicaux, etc. Bref, la quasi totalité de la profession.

Pour en savoir plus :
Le Monde des médecins au XXème siècle
par Bénédicte Vergez-Chaignon
Editions Complexe, 1996
ISBN 2870276427, 9782870276426
312 pages
Lire en particulier à partir de la page 62 :
Femmes , étrangers et juifs : les indésirables de l'entre-deux-guerres.




Commentaires

  1. merci de rafraichir les mémoires. certaines choses ont changées, d' autres se font de maniere plus vicieuses...parole d' une femme noire étrangèrev et musulmane( et un peu pléthorique pour ne rien gacher lol) m' enfin on a dit YES WE CAN non?

    RépondreSupprimer
  2. Les femmes qui concurrencent les hommes dans des métiers que les hommes ne veulent pas partager avec elles,c'est un comble n'est ce pas? alors qu'elles sont tout juste bonnes à faire les bonnes, et encore plus en temps de guerre? Il serait temps de les réhabiliter à leur juste valeur. Pour ce qui est des étrangers qui viennent manger le pain des Français comme dirait Fernant Raynaud et leur prendre des boulots que personne ne veut faire, considérés comme dégradants, ou des boulots plus valorisants où il y a pénurie actuellement(ex. médecins, votre post du 24/11/08), n'y aurait-il pas à nouveau une montée d'intolérance qui rappelle un passé proche? La leçon ne semble pas avoir été retenue, c'est grave.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Bon de transport

"Œuvre de l'esprit" De scrupuleux brimborions de morale dont au sujet desquels je travaille puissamment à m'extraire, m'ont fait hésiter, reculer à publier ce texte, craignant que des personnes de compréhension différentes et néanmoins internetisées (ce qui est loin d'être antinomique convenons en), d'ailleurs sous-citées dans le présent document et plus connues sous le vocable de cons, s'offusquent de la crudiviolence de certains propos. A leur intention et à celles de certains autres qui, à la lecture de ce texte, se découvriraient avec une stupeur néanmoins teintée de satisfaction (car il est toujours rassurant de se sentir de la meute) appartenir à cette vaste et très dominante population, tel l'univers toujours en expansion, celle des patentés abrutis, érodés du bulbe, fieffés imbéciles, anéantis neuronaux, bref ceux à l'entendement altéré, je tiens à préciser qu'il s'agit ici comme dans le reste de ce blo

CORONAVIRUS : LE DECRET QUI N'AURA PAS LIEU... MAIS QUI AURAIT TOUT CHANGÉ ?

Cet article ne sera sans doute presque pas lu. Il a surtout pour objectif de prendre date. Je prends le risque d'avoir tout faux. Ou tout bon. UN PROJET DE DECRET QUI N’AURA JAMAIS LIEU Décret du 20 mars 2020 portant diverses mesures relatives à la lutte contre la propagation du virus covid-19 Mise à disposition urgente d’hydrochloroquine et d’azithromycine pour soigner les personnes malades du coronavirus. Réquisition des chaînes de fabrication des firmes concernées. Autorisation immédiate de prescription et dispensation gratuite. Considérant que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré, le 30 janvier 2020, que l'émergence d'un nouveau coronavirus (covid-19) constitue une urgence de santé publique de portée internationale ; Considérant le caractère pathogène et contagieux du virus covid-19; Considérant que de plus en plus de données scientifiques dans le monde sont concordantes concernant

Aphorismes covidiens (2)

13 avril 25 On doit garder en mémoire que l'ensemble des administrations et bureaucraties sanitaires actuelles (ARH en 1996, puis ARS en 2010, direction hospitalière depuis 2005, sécurité sociale façon AXA de van Roekeghem, etc.) n'ont été mises en place, avec les directions appropriées, que pour instaurer et organiser une gestion néolibérale du système de santé : productivité, rationnement, ouverture au privé, "responsabilisation", culpabilisation et contrôle des usagers et des soignants, etc. Attendre de ces structures, simples effectrices des consignes ultralibérales de l'oligarchie, une action efficace et dans l'intérêt général pour la gestion d'une telle pandémie relève de la pure naïveté, pour rester dans l'euphémisme. David Graeber, encore lui, le rappelle et le démontre dans "Bureaucratie" . La bureaucratie soviétique n'était qu'un amusement à coté de la néolibérale. 26 Partout où les pires drames auront pu être év