Accéder au contenu principal

négociation


Le téléphone sonne (aucun rapport avec l'émission de France-Inter)
- Bonjour, merci de me rappeler. Je vous avais laissé un message rapport à votre annonce publiée la semaine dernière où vous cherchez un successeur pour votre cabinet médical. Je suis intéressé. On se connaît déjà.
- Oui. Euh... cette annonce n'est malheureusement peut-être plus autant d'actualité, car je suis en discussion avec un jeune confrère qui serait intéressé. Et puis, j'ai eu, comment dire, l'impression lors de nos précédentes rencontres que vous étiez un peu trop "sérieux".
- Sérieux ?
- Vous comprenez ce que je veux dire. Je crains que vous ayez du mal à vous insérer dans le groupe. Vous savez, ça fait trente ans que j'avale des couleuvres avec mes associés. Je crains que les conditions d'exercice ne vous aillent pas.
- C'est-à-dire ?
- Par exemple, les sanitaires n'ont pas été rénovés depuis 35 ans, mon cabinet est tout petit et il faut monter au premier étage, ... Quand les jeunes médecins voient ça, ils ont plutôt envie de fuir.
- Oui, j'ai vu tout ça. Moi également, bien que n'étant plus tout jeune. Rassurez vous cher confrère, j'ai trop vu ce qu'il m'en a coûté de vouloir faire du travail de qualité. Maintenant j'ai compris. Je suis prêt maintenant à faire de la médecine de merde, et il me semble qu'effectivement votre cabinet est particulièrement adapté à ce type d'exercice.
- De toute façon je crains que vous ne trouviez pas mieux sur la région. N'avez vous pas songé à vous installer seul ?
- Vous voulez dire que je serai incapable de faire n'importe quoi, n'importe comment, même si je m'y appliquais ?
- Je vous le redis, je crains que vous ne soyez trop sérieux. Faire de la merde, ça ne s'improvise pas, il ne suffit pas de le décider. Cela procède d'une longue et constante absence de réflexion, d'une lâcheté méditée, d'une médiocrité assumée, voire revendiquée. C'est un vrai travail.
- Oui, j'entends bien, mais j'ai une famille à faire vivre. Je suis prêt à faire des efforts, à apprendre, à me former.
- Ecoutez, je vous l'ai dit, je suis en discussion avec un jeune confrère qui me semble présenter toutes les dispositions à me succéder. Si cela n'aboutit pas, je vous recontacterai.
- Je comprends que vous ne souhaitiez pas finir votre carrière sur un sentiment de honte. Mais sachez-le je resterai discret. Je reste disponible. Au revoir, cher confrère.
- Au revoir.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

CORONAVIRUS : LE DECRET QUI N'AURA PAS LIEU... MAIS QUI AURAIT TOUT CHANGÉ ?

Cet article ne sera sans doute presque pas lu. Il a surtout pour objectif de prendre date. Je prends le risque d'avoir tout faux. Ou tout bon.




UN PROJET DE DECRET QUI N’AURA JAMAIS LIEU

Décret du 20 mars 2020 portant diverses mesures relatives à la lutte contre la propagation du virus covid-19 Mise à disposition urgente d’hydrochloroquine et d’azithromycine pour soigner les personnes malades du coronavirus. Réquisition des chaînes de fabrication des firmes concernées. Autorisation immédiate de prescription et dispensation gratuite.


Considérant que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré, le 30 janvier 2020, que l'émergence d'un nouveau coronavirus (covid-19) constitue une urgence de santé publique de portée internationale ;
Considérant le caractère pathogène et contagieux du virus covid-19;
Considérant que de plus en plus de données scientifiques dans lemonde sont concordantes concernant l’efficacité de l’hydroxychloroquine (commercialisé en France sous le nom d…

APHORISMES COVIDIENS

5 avril

1
"Les périodes de péril mettent les âmes à nu"
(email d'Irène Frachon reçu le 13 mars 2020, alors que nous échangions sur l'arrivée de l'épidémie)



2
Quand on voit  le nombre de médecins qui révèlent sur les réseaux sociaux des compétences exceptionnelles pour analyser avec précision l'information scientifique, y compris pour des études pour lesquelles une seule lecture suffit à se rendre compte de la faiblesse, on ose espérer que, forts de cette expertise, ils n'ont jamais prescrit ou conseillé (liste non exhaustive) :
- de mammographie pour le dépistage du cancer du sein,
- de PSA pour le dépistage du cancer de la prostate,
- de médicaments antialzheimers,
- de vaccin antigrippal pour réduire la mortalité chez les vieux,
- de statines en prévention primaire,
- de glitazones et apparentés pour le diabète,
- la plupart des antidépresseurs IRS, qui n'ont pas démontré d'efficacité supérieure au placebo,
- plus de deux neuroleptiques associés,
- etc, etc…

Aphorismes covidiens (2)

13 avril

25
On doit garder en mémoire que l'ensemble des administrations et bureaucraties sanitaires actuelles (ARH en 1996, puis ARS en 2010, direction hospitalière depuis 2005, sécurité sociale façon AXA de van Roekeghem, etc.) n'ont été mises en place, avec les directions appropriées, que pour instaurer et organiser une gestion néolibérale du système de santé : productivité, rationnement, ouverture au privé, "responsabilisation", culpabilisation et contrôle des usagers et des soignants, etc.

Attendre de ces structures, simples effectrices des consignes ultralibérales de l'oligarchie, une action efficace et dans l'intérêt général pour la gestion d'une telle pandémie relève de la pure naïveté, pour rester dans l'euphémisme.

David Graeber, encore lui, le rappelle et le démontre dans "Bureaucratie". La bureaucratie soviétique n'était qu'un amusement à coté de la néolibérale.

26
Partout où les pires drames auront pu être évités, on ne…