Accéder au contenu principal

Pharmaguédon : la chimiothérapie tue plus d'un cancéreux sur quatre


"Chimiothérapie anticancéreuse : le meilleur ou le pire ?" Tel est le titre du rapport publié hier par un institut britannique d'enquête sanitaire sur l'utilisation de la chimiothérapie anticancéreuse en Grande-Bretagne.

Le National Confidential Enquiry into Patient Outcome and Death (NCEPOD) a analysé les cas de plus de 600 patients cancéreux décédés dans les 30 jours après avoir reçu une chimiothérapie, soit en traitement curatif de leur cancer, soit comme traitement palliatif pour en alléger les symptômes.

L'enquête du NCEPOD révèle que :

  • 27 % des décès sont dus aux effets indésirables du traitement. Or 14 % des malades avaient reçu ce traitement pour être guéris de leur cancer.
  • 19 % des malades décédés n'auraient pas dû recevoir le traitement qui leur a été administré.
  • 50 % des malades auraient pu recevoir un meilleur traitement et, dans 8 % des cas, les traitements étaient même inappropriés.
  • 43 % des patients ont subi un effet indésirable toxique grave du traitement, bien qu'ils recevaient par ailleurs d'autres traitements pour les atténuer.

Le président du NCEPOD a déclaré que, même si l'enquête avait été conçue pour mettre en évidence les pires cas, "elle soulevait néanmoins des questions délicates et apportait des réponses plutôt désagréables à entendre sur la façon dont les décisions étaient prises dans les semaines qui précédent les décès des patients".

"Cela mérite qu'on s'en préoccupe sérieusement" a-t-il précisé.

Les auteurs de l'enquête estiment que les soins apportés sont inférieurs aux normes admissibles, et souhaitent que davantage de précautions soient prises par les médecins lors de l'administration de ces traitements.

Ils recommandent que les médecins "juniors" ne soient pas autorisés à administrer seuls des chimiothérapies, que les doses soient réduites pour les malades les plus graves, que les patients reçoivent une meilleure information sur ces traitements, et que les hôpitaux aient davantage de moyens pour mieux prendre en charge les effets toxiques de ces chimiothérapies.

Ce rapport inquiétant a incité les experts britanniques du National Chemotherapy Advisory Group à se saisir "en urgence" de la question, pour étudier les moyens d'améliorer la prise en charge des patients.

En France, en l'absence d'enquêtes de ce type, la sérénité compacte et sans fissure des zautorités et des professionnels reste de mise.

Le Pharmaguédon approche. Vous ne pourrez pas dire que vous ne saviez pas !


D'après un article de Katrina Megget, publié dans Pharmatimes du 13 novembre 2008.



Commentaires

  1. Mais voyons, en France ça ne PEUT pas se passer comme ça, on est quand même pas aussi bête que ces british ...

    RépondreSupprimer
  2. Rubrique renvoi d'ascenseur :

    Merci à Serge Canasse d'avoir parlé de ce post sur son site "Carnets de santé" : http://www.carnetsdesante.fr/

    RépondreSupprimer
  3. Mis à part la France ou tout va pour le mieux (le nuage radio actif de Tchernobyl l'a contournée c'est dire) les anglais sont-ils les seuls à avoir fait ce constat? C'est tout de même effarant.

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

CORONAVIRUS : LE DECRET QUI N'AURA PAS LIEU... MAIS QUI AURAIT TOUT CHANGÉ ?

Cet article ne sera sans doute presque pas lu. Il a surtout pour objectif de prendre date. Je prends le risque d'avoir tout faux. Ou tout bon.




UN PROJET DE DECRET QUI N’AURA JAMAIS LIEU

Décret du 20 mars 2020 portant diverses mesures relatives à la lutte contre la propagation du virus covid-19 Mise à disposition urgente d’hydrochloroquine et d’azithromycine pour soigner les personnes malades du coronavirus. Réquisition des chaînes de fabrication des firmes concernées. Autorisation immédiate de prescription et dispensation gratuite.


Considérant que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré, le 30 janvier 2020, que l'émergence d'un nouveau coronavirus (covid-19) constitue une urgence de santé publique de portée internationale ;
Considérant le caractère pathogène et contagieux du virus covid-19;
Considérant que de plus en plus de données scientifiques dans lemonde sont concordantes concernant l’efficacité de l’hydroxychloroquine (commercialisé en France sous le nom d…

APHORISMES COVIDIENS

5 avril

1
"Les périodes de péril mettent les âmes à nu"
(email d'Irène Frachon reçu le 13 mars 2020, alors que nous échangions sur l'arrivée de l'épidémie)



2
Quand on voit  le nombre de médecins qui révèlent sur les réseaux sociaux des compétences exceptionnelles pour analyser avec précision l'information scientifique, y compris pour des études pour lesquelles une seule lecture suffit à se rendre compte de la faiblesse, on ose espérer que, forts de cette expertise, ils n'ont jamais prescrit ou conseillé (liste non exhaustive) :
- de mammographie pour le dépistage du cancer du sein,
- de PSA pour le dépistage du cancer de la prostate,
- de médicaments antialzheimers,
- de vaccin antigrippal pour réduire la mortalité chez les vieux,
- de statines en prévention primaire,
- de glitazones et apparentés pour le diabète,
- la plupart des antidépresseurs IRS, qui n'ont pas démontré d'efficacité supérieure au placebo,
- plus de deux neuroleptiques associés,
- etc, etc…

Aphorismes covidiens (2)

13 avril

25
On doit garder en mémoire que l'ensemble des administrations et bureaucraties sanitaires actuelles (ARH en 1996, puis ARS en 2010, direction hospitalière depuis 2005, sécurité sociale façon AXA de van Roekeghem, etc.) n'ont été mises en place, avec les directions appropriées, que pour instaurer et organiser une gestion néolibérale du système de santé : productivité, rationnement, ouverture au privé, "responsabilisation", culpabilisation et contrôle des usagers et des soignants, etc.

Attendre de ces structures, simples effectrices des consignes ultralibérales de l'oligarchie, une action efficace et dans l'intérêt général pour la gestion d'une telle pandémie relève de la pure naïveté, pour rester dans l'euphémisme.

David Graeber, encore lui, le rappelle et le démontre dans "Bureaucratie". La bureaucratie soviétique n'était qu'un amusement à coté de la néolibérale.

26
Partout où les pires drames auront pu être évités, on ne…