Accéder au contenu principal

"J'ai trouvé ça plus éthique"


Soirée-labo éthique

Ce
post issu du blog "les états d'âme du docteur Vincent" rapporte un article du professeur Robert Molimard, paru dans la rubrique "alter-tabacologie" du site du Formindep. Une occasion de parler de l'influence de l'industrie pharmaceutique sur l'information et la formation médicales.

Mais c'est le dernier paragraphe qui est incroyable :
"Au fait hier je suis allé à une réunion de labo: discours de 90 minutes, on nous avait demandé de rendre les stylos prêtés à l'arrivée (plus de cadeaux!) et nous avons eu droit à un buffet froid ensuite. J'ai trouvé ça plus éthique."
Le bon docteur Vincent est allé à une soirée labo, donc pour apprendre rien et se faire manipuler, et il se réjouit de n'y avoir reçu aucun cadeau. Ils ont même ramassé les stylos à la fin, qu'il explique ! Les participants n'auront donc utilisé ces stylos que le temps d'y lire le logo du médicament dessus. Et la bouffe était un buffet froid.

Formidable !

Les labos n'ont même plus besoin de dépenser du fric pour attirer les médecins. Quand ils les inviteront en les faisant assoir sur un cageot et en leur filant un sandwich, il y en a encore qui trouveront ça éthique ! Formidable ce labo, il nous traite comme de la merde, quelle éthique !

Et avec un fouet et des cuissardes en latex à talon aiguille, ça sera encore meilleur, hein docteur ? : "Oui, j'ai amené ma vaseline, maîtresse VM... Ce n'est pas la peine que vous m'en mettiez... Comment ? Bien sûr que je l'ai achetée moi-même ! Qu'est ce que vous croyez ? C'est beaucoup plus éthique !"

L'étape suivante, ce sera quand le labo, toujours au nom de l'éthique, demandera au médecin de payer lui-même les voyages et les congrès qu'il organise pour diffuser sa propagande. Et sa communication s'en trouvera même renforcée, car une démarche aussi éthique, ça c'est le signe d'un labo sérieux !

L'industrie n'aura même plus besoin de dépenser du fric pour manipuler les médecins. Elle va même en gagner ! La propagande pharmaceutique a encore de beaux jours devant elle. Et les dégâts qui vont avec.

Commentaires

  1. En fait je dirai plus tard le nom du produit, mais je tenais absolument à connaitre la teneur du discours du labo. toute la démarche scientifique se tenait, juste que la base était chancelante, exactement comme le raisonnement d'un shizophrène.
    Je n'ai donc pas regretté cette soirée.

    RépondreSupprimer
  2. docteur Vincent a dit :
    "Je n'ai donc pas regretté cette soirée."

    Heureusement, vu le niveau éthique de la prestation. ;-)

    RépondreSupprimer
  3. Dr. Julien BEZOLLES tellement vachard mais tellement dans le vrai.

    RépondreSupprimer
  4. Au fait, j'ai publié un livre " journal d'un médecin généraliste" par le docteur Stephanie Becquet aux éditions du cherche-midi.
    C'est vrai que le docteur Bezolle est cynique, mais je peux l'être aussi, et j'ai parlé de vaseline concernant les réquisitions pour la grippe A il n'y a pas si longtemps!

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

CORONAVIRUS : LE DECRET QUI N'AURA PAS LIEU... MAIS QUI AURAIT TOUT CHANGÉ ?

Cet article ne sera sans doute presque pas lu. Il a surtout pour objectif de prendre date. Je prends le risque d'avoir tout faux. Ou tout bon.




UN PROJET DE DECRET QUI N’AURA JAMAIS LIEU

Décret du 20 mars 2020 portant diverses mesures relatives à la lutte contre la propagation du virus covid-19 Mise à disposition urgente d’hydrochloroquine et d’azithromycine pour soigner les personnes malades du coronavirus. Réquisition des chaînes de fabrication des firmes concernées. Autorisation immédiate de prescription et dispensation gratuite.


Considérant que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré, le 30 janvier 2020, que l'émergence d'un nouveau coronavirus (covid-19) constitue une urgence de santé publique de portée internationale ;
Considérant le caractère pathogène et contagieux du virus covid-19;
Considérant que de plus en plus de données scientifiques dans lemonde sont concordantes concernant l’efficacité de l’hydroxychloroquine (commercialisé en France sous le nom d…

APHORISMES COVIDIENS

5 avril

1
"Les périodes de péril mettent les âmes à nu"
(email d'Irène Frachon reçu le 13 mars 2020, alors que nous échangions sur l'arrivée de l'épidémie)



2
Quand on voit  le nombre de médecins qui révèlent sur les réseaux sociaux des compétences exceptionnelles pour analyser avec précision l'information scientifique, y compris pour des études pour lesquelles une seule lecture suffit à se rendre compte de la faiblesse, on ose espérer que, forts de cette expertise, ils n'ont jamais prescrit ou conseillé (liste non exhaustive) :
- de mammographie pour le dépistage du cancer du sein,
- de PSA pour le dépistage du cancer de la prostate,
- de médicaments antialzheimers,
- de vaccin antigrippal pour réduire la mortalité chez les vieux,
- de statines en prévention primaire,
- de glitazones et apparentés pour le diabète,
- la plupart des antidépresseurs IRS, qui n'ont pas démontré d'efficacité supérieure au placebo,
- plus de deux neuroleptiques associés,
- etc, etc…

Aphorismes covidiens (2)

13 avril

25
On doit garder en mémoire que l'ensemble des administrations et bureaucraties sanitaires actuelles (ARH en 1996, puis ARS en 2010, direction hospitalière depuis 2005, sécurité sociale façon AXA de van Roekeghem, etc.) n'ont été mises en place, avec les directions appropriées, que pour instaurer et organiser une gestion néolibérale du système de santé : productivité, rationnement, ouverture au privé, "responsabilisation", culpabilisation et contrôle des usagers et des soignants, etc.

Attendre de ces structures, simples effectrices des consignes ultralibérales de l'oligarchie, une action efficace et dans l'intérêt général pour la gestion d'une telle pandémie relève de la pure naïveté, pour rester dans l'euphémisme.

David Graeber, encore lui, le rappelle et le démontre dans "Bureaucratie". La bureaucratie soviétique n'était qu'un amusement à coté de la néolibérale.

26
Partout où les pires drames auront pu être évités, on ne…