lundi 16 mars 2009

De quoi la HAS est-elle le nom ?


Réponse : de l'industrie pharmaceutique.

A nouveau, le Formindep assène les faits dans toute leur cruelle réalité, à travers un article de la qualité d'une publication internationale, et en tire normalement les conséquences politiques et médicales :

Il faut que la HAS arrête de se moquer des soignants et des patients.

A lire d'urgence sur le site du Formindep :

3 commentaires:

  1. Très instructif cet article, je me coucherai un peu moins bête ce soir, merci bien !
    Ceci étant dit, excusez mon ignorance dans ce domaine, le Formindep a-t-il un quelconque moyen de faire changer les choses ? Ces constats et demandes peuvent-ils être suivi d'effets ?
    Je suis peut-être pessimiste, mais ça me semble bien mal parti...

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Marie,

    Il y a plusieurs moyens de faire avancer les choses.

    Le premier est de les révéler.

    Le deuxième est de se mobiliser et de faire pression en tant que citoyen et soignant pour que ça s'arrête : si toi en tant que soignante ou future soignante ça te dérange que la sécu te demande de soigner tes diabétiques avec des données dictées par l'industrie pharmaceutique, tu peux t'associer à cette demande. Ce genre de situation ne peut perdurer que parce que les soignants le veulent bien.

    Le troisième est d'utiliser des recours juridiques. L'absence de respect des règles de la HAS devrait pouvoir justifier un recours administratif.

    Le Formindep a obtenu les décrets d'application de l'article sur la transparence de l'information médicale à travers un recours juridique.

    Ai-je répondu à ta question ?

    RépondreSupprimer