mardi 24 juin 2008

Ca commence par les pauvres


Bon. Fallait s'y attendre.
Quand le pouvoir médical dérive totalitaire, et que la sécu s'y colle (abhorre), ça arrache, évidemment.
La "lettre d'information aux médecins n° 29" de l'Assurance-Maladie de juin 2008 nous en donne un avant goût.
Bien sûr vous me direz que c'est un "point de détail", que c'est au détour d'une page d'un bulletin de propagande que la plupart des concernés lisent d'un derrière distrait, que c'est pas grand chose, et qu'on s'en était même pas aperçu d'ailleurs.
Mais l'enfer est dans le détail disent les angliches, et c'est dans les petites choses qu'on doit lire les grandes catastrophes, avant qu'elles arrivent. Dans le social et le politique ça existe aussi l'effet papillon. Y a pas que la météo.

Bref, quand on découvre l'idée que se font la sécu et le milieu médical des relations avec les malades, au détour de cette feuille, y a de quoi frémir. Bien sûr, ça concerne que les pauvres, pas encore les autres.

On les connaît bien les pauvres, toujours prêts à profiter, jamais propres, jamais éduqués, jamais dressés. La CMU, les allocs, le chomdu, le Hèrémi, tous ces golden parachute pour pauvres, qui les empêche quand même pas de s'écraser au sol, faut pas rêver, mais qui nous permettent de gérer notre bonne conscience, et surtout, et surtout, de pouvoir continuer à donner des leçons. C'est donc normal que les pauvres on cherche à les dresser un peu, n'est ce pas Marie-Chantâle quoi ?

Mais je cause, je cause et je vous ai même pas dit de quoi y retourne. Y s'emballe le Julien Bezolles. On sait bien qu'y grimpe aux rideaux facilement, mais faudrait qu'il nous en fasse profiter, quoi.

Bon, alors j'y vais :

Lettre d'information aux médecins n° 29 (juin 2008)
Info repère : couverture maladie complémentaire universelle, améliorer l'accès aux soins grâce à la conciliation

" Pour favoriser la compréhension réciproque des droits et devoirs de chacune des parties, les médecins qui s’estimeraient lésés par certains comportements abusifs (retards aux rendez-vous, traitements non suivis et/ou interrompus…) ou par des refus de remboursements par les caisses peuvent également saisir le conciliateur local."



Ils ont osé.

Près de la moitié des spécialistes refusent de soigner les "bénéficiaires" de la CMU dans le 94 et ailleurs sans doute, ils sont hors-la-loi, hors éthique, hors déontologie. Mais faut pas déconner quand même. Ils veulent bien respecter la loi, mais à condition que...

A condition que les pauvres fassent des efforts, à condition qu'ils le méritent, à condition qu'ils arrivent à l'heure, qu'ils s'essuient les pieds sur le paillasson avant de les traîner sur la moquette que Consuela elle a mis deux heures à la nettoyer la semaine dernière. A condition qu'ils mouchent leur nez, et qu'ils disent bonjour poliment à la dame. A condition qu'ils ôtent leur casquette crasseuse qui découvrira leurs cheveux poisseux et épars remplis de lentes, qu'ils la fassent tourner entre leurs doigts sales et calleux leur casquette et qu'ils baissent la tête pour remercier not'bon maître de bien vouloir les soigner, si c'était un effet de vot'bonté.

- Mais attention Germain, vous savez que je vous aime bien, mais faut prendre votre médicament cette fois-ci. Pas comme la dernière fois. C'est déjà bien beau que je vous prenne entre deux rendez-vous, entre la marquise de Bruni, et la comtesse de Carla, mais faut pas abuser non plus, hein Germain ?
- Oui, Monsieur le Docteur...
- Sinon, vous savez ce qui se passera Germain ?
- Euh, non, mon bon maît'e...
- Eh bien j'irais le dire à la Sécu, que vous faites pas ce qui faut, Germain. Voilà ce qu'il va se passer, Germain. Et vous savez ce qu'elle va faire la Sécu, hein Germain, vous savez ce qu'est ce qu'elle va faire ?
- Elle va me dire que c'est pas bien ?
- Voilàààà... Vous voyez quand vous voulez.
Parce que c'est une bonne mère la Sécu; comme moi, qui suis un peu comme un père pour vous; et tous les gens du Cercle de Bienfaisance aussi, qui vous ont encore donné des vêtements cet hiver, à vous, à Marcelle et aux 8 enfants.
Mais vous savez, Germain, une mère et un père, si leurs enfants comprennent pas il faut qu'il se fâchent parfois. Et vous savez ce qu'elle fera maman Sécu si vous persistez à ne pas prendre vos médicaments, et à arriver en retard ?
- Euh, elle va me punir, Majesté. Et je l'aura bien mérité, ça oui !
- Exactement, Germain. On vous arrêtera la CMU, et ce sera inscrit sur votre Carte Vitale 3 : "bénéficiaire non con-pliant" . C'est ça que vous voulez Germain ? Et vous aurez plus le droit que de vous soigner aux urgences nauséabondes de l'abominable Pelloux, ou pire : chez Bezolles. C'est ça que vous voulez ? Hein ?
- Oh, non, Seigneur, pitié, tout mais pas ça !
- Bien Germain. Montrez moi comment ça évolue votre plaie maintenant... Eh, mais vous savez que c'est pas mal du tout ça Germain...
- Merci papa doc.
- Ca va même beaucoup mieux. Je suis content de moi, surtout avec des gus comme vous, hein Germain, faut s'les farcir. Mais il faut continuer à vous laver, hein, Germain, sinon ça va recommencer.
- Oui, messire.
- Et puis vous prendrez ça. Mais attention à pas les gaspiller, hein Germain ! J'ai reçu ces médicaments directement du laboratoire suite à mon dernier congrès à Tampa (Floride). C'est pas encore remboursé, et ça coute la peau des fesses. "Vous en ferez profiter quelques CMU, qu'elle m'a dit la visiteuse médicale; c'est notre programme de Medicaments Ethiques, notre politique d'entreprise citoyenne et de responsabilité sociale". Bon. Signez-la, Germain, ou mettez votre croix c'est pareil. D'après le règlement de leur programme, si j'arrive à refourguer du Distabil° à 5 CMU, j'ai droit à des miles gratuits sur AirPharma. Allez dépêchez-vous Germain, on n'a pas que ça à foutre. Vous avez pas oublié de ramener les 10 euros cette fois j'espère ?

Vive la SS ! La Sécurité Sociale bien sûr.

2 commentaires:

  1. Apparemment d'autres se sont aperçus qu'il y avait un petit problème avec cette lettre, et auraient même saisi la HALDE pour qu'elle dise que c'était mal. Y aurait donc encore des toubibs qui réfléchissent au delà leurs intérêts catégoriels. Un peu d'air frais ne nuit pas.
    Voir le blog du Comegas.

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour, moi je suis toute proprette dans mon blog puisque je me suis même lâchée à vanter les merites de la proximologie (sic) ben oui, j'avoue. Parfois nécessité fait loi, et si je ne trouve pas un job d'ici peu, je vais y aller moi aussi à la cmu, non mais merde! J'ai soigné les autres assez longtemps pour qu'on me chouchoute un peu.
    Comme j'adore la liberté de ton de ton blog, je demande humblement la permision, oui la permission parce que j'aime pas piller, pas encore,de reproduire ce post. C'est ok pour toi petit généraliste pas de merde?
    Longue vie. Et captons l'inattendu.

    RépondreSupprimer