samedi 19 janvier 2013

Certifichiure

J'ai fait médecine et ça fait du bien
Je dédie ce post au vaste peuple des besogneux épiciers de la médecine qui, ayant du premier au dernier jour de leur carrière soigneusement évité tout effort de réflexion sur leur exercice, encouragés en cela par leurs maîtres, leurs syndicats, leurs confrères, leurs conjoint(e)s et l'avide poursuite du niveau de vie auquel ils pensent avoir droit compte tenu de leur niveau d'études et de responsabilité (alors qu'ils sont intellectuellement médiocres n'ayant "fait" médecine générale que parce qu'incapables d'être spécialiste, c'est à dire se remplir les poches avec moins d'efforts encore), ne voient aucune différence entre la médecine et le petit commerce, et donc érigent en compétence professionnelle l'art du baissage de froc devant leurs patients clients, les labos, la sécu, les leaders d'opinions, les autorités et surtout devant leur propre dignité, et ont ainsi rendu au fil des années et de leur pratique cette histoire possible, fréquente et reproductible, et contribuent de façon métenculeuse à l'humiliation de la médecine générale, à son mépris, et à sa fin.

Ce hier matin je vois madame et sa fifille, 11 ans. Elles ont le rhume, ou la grippe je m'en fous; ça se soigne pareil. Le médecin traitant habituel est aaaabsolument oveurbouqué, accaparé sans doute à renouveler les statines chez ses vioques et déboucher les nez à grandes giclées de pseudoéphédrine chez les autres. C'est donc moi qui m'y colle.

Le soir du même jour, madame m'appelle pour la fifille. Elle a compétition de gimastique ce dimanche et il lui faut un certificat médical, dixit l'entraineur, et qu'elle passera demain pour le prendre. Gloups... Ah bon ?...  Et avec ceci ?.. Ce sera tout ?...  Y-en-a-un-peu-plus-je-vous-le-mets-quand-même ?...  Et vous avez vu notre promotion sur la nouvelle pilule bio ?... Je vous en mets une pour l'essayer... Vous me direz.

Oui, la mère dit, parce que l'entraineur elle a dit que si elle est pas à la compétition le club doit payer l'amende.

J'essaye avec souffrance de me restreindre dans l'enclos d'une civilité que les restes d'une éducation bourgeoise fondée sur la soumission aux cons supérieurs peinent de plus en plus à maintenir debout, essayant de faire passer le message que c'est pas mon problème, que cette demande c'est n'importe quoi, et que je fais pas de certificat à la con, déjà les autres, c'est peine. Je raccroche, précisant ma désolation, pensant que c'est pas encore comme ça que je vais les fidéliser ceux-la.

Je reprends la consultation interrompue et le téléphone sonne au bout de deux minutes. La voix d'une vieille sure sûre d'elle même : "Je suis l'entraineur ET la prééésidente du club de gimastique, et il me FAUT un certificat sinon le club paye une amende de 160 euros si l'enfant est pas là."

"Et en quoi ça me concerne, ça concerne un médecin et la médecine ? C'est votre problème, mais ce que je peux vous proposer c'est de vous le faire à 200 euros ce certificat. Quelle idée, à la mesure sans doute de votre titre d'entraîneuse, vous faites vous de la médecine et des médecins, chère madame ?" - "Mais à 23 euros la ça passe habituellement, je ne comprends pas."


19 commentaires:

  1. Vous avez remarqué qu'il faut des certificats de contre-indication sportive quand on ne peut pas en faire à l'école, et des certificats de non contre-indication pour les clubs sportifs?
    Ou est la logique?
    Ne soyez pas si amère, il faut juste réinventer une médecine satisfaisante intellectuellement et qui aide les patients réellement.

    RépondreSupprimer
  2. Certificats d'aptitude à entrer en maternelle, certificat "comme quoi l'enfant a été traité contre la scarlatine" (vais-je vérifier quotidiennement chez lui qu'il prend son traitement?), ne non-contre-indication au baby-judo, justifiant de l'absence d'un ado que l'infirmière du lycée a renvoyé elle-même à domicile, la liste des certificats absurdes que l'on nous demande est longue.
    Les patients anticipent et se couvrent aussi beaucoup. Depuis que je refuse de justifier les absences scolaires des patients mineurs en demandant aux parents de donner mon numéro aux chefs d'établissement, on m'en demande beaucoup moins. Je rappelle aux parents que l'assiduité des enfants est à la responsabilité de leurs parents, et le message finit par passer, mais que d'énergie inutilement dépensée!

    RépondreSupprimer
  3. Le concept du certificat à 200 € est le bon. La connerie a un prix. Ce qui serait grave, c'est de demander 23 € dans ce contexte.

    RépondreSupprimer
  4. Grandeur et decadence de la medecine. Mais après tout les 23€ Picsou les pécho sans états d'âmes. Ça n'efface pas la blessure du Moi mais ça peut fairé le papier du mois. On souhaite d'autres déconvenues pour d'autres eructations (céliniennes dixit Docdu16 qui s'y connait). Mais, avouez, on a connu des certif plus compromettant s. À vaincre sans danger on triomphe sans gloire..

    RépondreSupprimer
  5. Grandeur et décadence de la médecine du tout venant. Mais avouez on a connu des certif plus embarrassants. On vous souhaite presque d'autres déconvenues pour d'autres emportements (céliniens dixit Docdu16 qui s'y connait), je dirais lehmanniens ou winckleriens.

    RépondreSupprimer
  6. Ca me fait penser à un autre blog qui a décerné le prix du certifalacon, très rigolo

    RépondreSupprimer
  7. Excellent et superbement bien écrit. Avec un faible pour le Desprogien "...l'enclos dune civilité..."

    RépondreSupprimer
  8. depuis qu'il y a la SS, l'acte medical est quasi gratuit, le medecin est un prestataire de l'etat tout puissant;
    toute la profession, pas seulement les MG s'en trouve devalorisée,
    a toi de voir : ton sentiment face a cette crasse : demande des familles, des commissaires du peuple, de l'administration , des labo et autres morpions : soit tu l'evacues en te refugiant comme moi dans la misanthropie au service maximal du patient soit tu quittes ca
    a+

    RépondreSupprimer
  9. Coté client, pardon, patient, une remarque: je suis adulte, pratique un sport depuis une bonne vingtaine d'année, toujours le même, et chaque année je dois ressortir un ou plusieurs certifs(selon le niveau de respect de la paperasse des gens que j'ai en face de moi).
    Sachant que je vais quand même de temps en temps chez le médecin (et que donc, normalement, le jour où je ne suis plus apte, il devrait me le dire), à quoi sert de renouveler sans cesse le même papelard, si ce n'est à décharger la conscience des organismes de cette filière sportive?

    RépondreSupprimer
  10. bah non, un certif à 200 € c'est la preuve qu'on n'a rien compris. Le bon prix pour le certif c'est 150 € ( bon, imaginons, 159,99 €, ce serait encore rentable si on ne comptait pas le gazoil pour aller au toubib - oui, dans ce cas on dit aller au toubib, aller aller aux...-).

    RépondreSupprimer
  11. Cher "petit généraliste de merde" on parle de vous, heureux?
    http://www.lexpress.fr/actualite/sciences/sante/ces-generalistes-qui-deprescrivent_1213276.html

    RépondreSupprimer
  12. Tout le monde applaudit ??
    Comme si la lecture critique d'article ne s'appliquait qu'aux articles médicaux ?
    Le premier paragraphe est d'un mépris qui confine a la haine, et en préambule de l'anecdote qui suit met l’opprobre sur ces confrères (virtuels) qui sûrement se seraient commis à produire ce certificat.
    Ensuite, je passe sur la charge toujours aussi méprisante qui concerne le confrère bien réel celui là (statine chez les vioques, pseudoéphédrine).
    Et puis il y a cette phrase : 'c'est pas encore comme ça que je vais les fidéliser ceux-la.' qui surprend dans le contexte : un patient suivi par un confrère vient vous consulter pour un problème aigu et vous pensez à 'le fidéliser' ??
    Vous avez vu une jeune fille que vous ne connaissiez pas pour un problème donné, il est bien entendu que vous ne pouvez pas faire un certificat de non contrindication si vous ne l'avez pas examiné dans ce but. (Le problème aurait été différend si vous l'aviez suivi elle et sa famille depuis sa naissance).
    Quand au dialogue avec l'entraineuse on touche le fond ...
    Le problème des certificats 'a la con' n'est pas traité, ce qui aurait été plus pertinent que d'endosser votre armure de chevalier blanc et de pourfendre vos confrères.
    Il y a trop de fureur dans ce post.

    RépondreSupprimer
  13. @ hexdoc :
    je n'ai pas du tout la même lecture que vous de ce post, vous y voyez du mepris, de la haine, j'y vois une métaphore certes peu glorieuse mais bien réelle d'une partie de la profession, peu être vous sentez-vous visés par cette description?
    D'autre part j'ai l'impression que l'ironie et l'humour vous ont échappés lorsqu'il a évoqué la "fidelisation", il eut fallu prendre ça au second degré je pense.
    Enfin, si ce post ne traite pas des certifalacon c'est que décidément vous avez sans doute des problèmes de compréhension, car le texte, lui, est très clair me semble-t-il...
    La fureur que vous semblez percevoir est surement légitimée par le ridicule de la demande itérative de ce genre de certificat. J’appellerai cela plutôt de la lassitude.
    docka

    RépondreSupprimer
  14. Rassurez vous, ceux qui n'ont pas eu la flemme de "faire" une spécialité ne brillent pas non plus au firmament. En dermato :"Je viens me faire enlever ces petits trucs (molluscum pendulum par ex.) qui ne sont pas jolis". Je ne fais pas rembourser ce type d'acte à visée esthétique, mais combien le font ? Mon patron me disait "Vous gagnez votre vie en traitant des choses que nous ne voyions même pas"
    Enlever un petit truc pas joli n'est pas plus élégant que de faire un certifalacon...

    RépondreSupprimer
  15. On demande aux parents des certificats à tout bout de champ, ils se débrouillent comme ils peuvent. Si le médecin connaît bien la famille, je ne vois pas où est le problème !

    RépondreSupprimer
  16. euh !!! concernant le molluscum pendulum non remboursé parce que simplement esthétique moi qui aie le corps recouvert de ces petites choses insignifiantes et pauvre de surcroit j'aimerai beaucoup que cela soit remboursé car dans mon cas c'est invivable mais les medecin aujourd'hui ne pensent qu'à leurs portefeuilles

    RépondreSupprimer
  17. Demande de certificat à un psy: "faut qu' je prouve que jsuis venu vous voir, paceque si non mon patrong va pas me coire" - ah bon?? Ouf, ai refusé "désolé, suis pas médecin, fais pas de certificats"... Non mais!
    Si non: 200€, ça suffit pas! :-) :-)

    RépondreSupprimer