vendredi 3 juillet 2009

La haine du pauvre




Les gens n'aiment pas les pauvres. C'est d'ailleurs pour ça qu'ils le sont, pauvres, et qu'ils le restent. Parce que la société les déteste. Quand un pauvre devient aimable, un "bon" pauvre, alors c'est qu'il est sur le chemin de la rédemption, qu'il a appris comment se comporter pour attirer la condescendance des gens. Il est pas loin de « s’en sortir », comme on dit. Un bon pauvre est un pauvre suffisamment intelligent ou hypocrite ou les deux pour savoir ce qu'il faut faire pour ne plus le rester. Un bon pauvre a perdu suffisamment de sa dignité pour faire ce qu’on attend de lui. Un bon pauvre est un larbin.

Les vrais pauvres, ceux qui le restent, sont des mauvais pauvres, par définition. Un vrai pauvre sent mauvais, ne respecte pas les horaires du rendez-vous, ne prend pas son traitement, ne s'exprime pas correctement, est ingrat, agressif, revendicatif, chiant et con. Le vrai pauvre vous dégueule sa honte et son humiliation perpétuelles. Un vrai pauvre sait que sa misère empêchera de toute façon que les choses se passent bien et alors il prend les devants pour que tout rate. C’est ça la dignité qui lui reste.

Le vrai pauvre sait qu'il restera dans la merde que la société prétende l'aider ou non, mais qu'après l'aide de la société, il aura l'humiliation en plus, car elle prétendra avoir des droits sur lui et lui reprochera de n'avoir pas fait ce qu'il fallait.

Le vrai pauvre n'est pas aimable. Non pas par choix ou par militance. Si le vrai pauvre est désagréable, ce n'est pas par une misanthropie délibérée face à une société injuste qui le rejette. Le mythe du pauvre façon Michel Simon dans "Boudu sauvé des eaux" est une imposture d'intello, un fantasme de bo-bo. Si le vrai pauvre est infréquentable, c'est simplement parce qu'il est pauvre, et que sa condition de réprouvé de la société, de génération en génération, en fait un étranger sur sa propre terre, exclu de tous les comportements et les règles sociales qui permettent de différencier ceux qui sont dans la société et ceux qui n'en sont pas.

Entendons nous bien, quand je parle de ces pauvres-là, ceux dont personne ne veut, ni dans des écoles, ni dans des logements, et bien sûr pas davantage dans les cabinets médicaux ou les hôpitaux, mais seulement dans les asiles et dans les prisons, je ne parle pas des pauvres provisoires, des pauvres de transition, ceux "tombés dans la misère", les "nouveaux pauvres" décrits par les sociologues de télévision. Non cette pauvreté-là, et je parle pour en avoir tâté, est une pauvreté aimable, propre sur elle, bien de sa personne. Car cette pauvreté-là, ma brave dame, on la connaît, on la touche du doigt, elle nous émeut même parfois, car on peut s'y identifier. Tout est là. Ca pourrait être nous, ou quelqu'un qu'on connaît. C'est celle de Jugnot dans "Une époque formidable".

Non, le pauvre haï, le vrai pauvre, c'est celui qui vit un vie tellement invivable qu’on ne peut pas s’y identifier. La vie du miséreux est inimaginable, repousse les limites du pensable. La vie de Selma, jouée par Björk dans le film Dancer in the Dark de Lars von Trier , où on se dit en sortant que là ça va vraiment trop loin, est largement en dessous de la réalité de la vie du miséreux. Alors, pour ne pas devenir fou soi-même, on n'a pas d'autre explication pour rendre supportable cette vision insupportable de la misère incarnée que de dire que c'est de sa faute, sa responsabilité : la paresse, l'alcoolisme, le manque de volonté de s'en sortir, le gaspillage de la générosité publique, etc. Le vrai pauvre a une grosse télé, un téléphone portable, continue à fumer, achète des bonbons pour ses enfants, profite et abuse, au lieu d'économiser, de chercher du travail, de suivre les conseils de l'assistante sociale, de la puéricultrice, de la dame d'oeuvre du Recours Catholique, du médecin.

Bref, tout est bon pour nous permettre d'oublier, de nier, que ceux qui sont dans la misère, ceux dont l'espérance de vie est celle du Mali alors qu'ils sont français de France au 21ème siècle, s'ils en sont là, on est nous, ceux de la société, directement et uniquement responsables, et que, prendre conscience de ça, c'est tout bonnement inacceptable pour tout être humain normalement constitué dont je me vante de faire partie. Le vrai pauvre, celui de la misère, celle qui dure, celle qui se transmet, celle qui s’aggrave, ne peut qu'en être l'acteur, le coupable, le responsable, le fautif. Le seul.

Dès que vous vous mettez à être ému par la situation sociale de quelqu'un, que par ce mouvement tellement égocentrique, tellement naturel, tellement humain, vous vous dites que ce qu'il vit, cet artiste, ce chômeur, ce précaire, ça pourrait être moi, ou un de mon milieu, un jour ou l'autre, alors vous pouvez vous dire que vous êtes devant un bon pauvre, un pauvre aimable, et que ce n'est pas le bon. Et vous allez pouvoir vous intéresser à lui, si vous avez un peu de temps bien sûr. Mais ce qui vous émeut, dans cette pauvreté à visage humain, ce n'est pas la souffrance de l'autre, c'est la votre propre, celle qui pourrait vous arriver un jour peut être et puisque tout ce que vous avez construit dans la vie, ce n'est pas pour vivre, c'est à dire prendre des risques, c'est pour se protéger, par peur de tout. C'est comme pour le Téléthon. C'est pas la souffrance de l'autre qui nous émeut et nous fait donner; c'est que ça pourrait être nous. Le Téléthon, c'est la lâcheté, l'égoïsme et l'individualisme érigés en valeurs humaines. Le véritable engagement c'est celui pour l'autre souffrant, quand sa souffrance est telle qu'elle lui a fait perdre toute figure humaine, qu'il n'y a plus aucune chance que nous nous identifions à lui, mais que malgré tout il reste un homme, intégralement. Hors de celui-là, tout engagement est pipé, biaisé, suspect.

Le vrai pauvre suscite la haine, l'incompréhension, le rejet, la peur. C'est celui là qui nous intéresse. Le vrai racisme, celui du quotidien, qui n'a pas besoin d'idéologie et de penseur, c'est celui de la classe sociale. Ce qui fait peur aux beaufs que nous sommes, ce n'est pas qu'il est noir, arabe, jaune, vert ou blanc, celui qui nous dérange, c'est surtout qu'il est pauvre. Vous avez déjà eu peur d'un fils d'ambassadeur africain du Vésinet vous ? Rama Yade, elle vous stresse ? Alors vous voyez bien que je suis pas raciste ma brave dame. Dès que Djamel Debbouze a eu sa première Porsche (gagnée honnêtement bien sûr et à la force de son talent - mais je ne connais pas la marque de ses voitures) il est devenu tellement sympathique et surtout signe que la France (éternelle) remplit sa mission universelle d’intégration. Djamel Debbouze nous rassure. Mais si Mohamed est à la rue, avec Jean-Pierre, Kevin ou Farida, alors plus de distinguo de race ou de couleur de peau : ce sont des fainéants et des parasites qui ne méritent pas tout ce qu'on fait pour eux.

Le vrai pauvre, le mauvais pauvre, suscite le rejet, le malaise. Il révèle en nous l'échec de notre système, de nos valeurs, de tout ce que nous portons et transmettons. Comment ? Il résiste à nos tentatives d'intégration, d'insertion, à notre bonté !! Mais c'est donc parce qu'il le veut bien ! Le vrai pauvre c’est celui qui nous met en échec, qui nous fait tout rater alors que nous pensons être bon. Le vrai pauvre rate tout, se plante tout le temps, et son échec infini éclabousse tout ceux qui sont en contact avec lui, quels qu’ils soient. La rencontre du vrai pauvre est insupportable, intolérable. Elle ne peut être qu’échec, et s’il y a échec c’est donc de sa faute puisque, moi, j’ai réussi.

Moi, médecin, pardon : docteur en médecine, savant par essence, j'ai passé tant d'années à apprendre à soigner tout le monde avec les outils de la meilleure médecine du monde. Comment peut on oser être en mauvaise santé ? Celui qui n'est pas en bonne santé, celui que je n'arrive pas à soigner, ce ne peut être parce que j'en suis incapable, parce que je suis incompétent. Ce ne peut être que parce qu'il ne veut pas se soigner bien sûr !! Salaud de pauvre... Sorti contre avis médical, absent au rendez-vous, ne prend pas son traitement, etc. ; et en plus réclame de ne pas payer sous prétexte de la CMU. Il ne prend pas mon traitement innovant suggéré par la visiteuse médicale en minijupe et en plus il ne me paye pas ! Qu'est ce que c'est que ce mec ?

Allez, dehors !

Enfin dehors, pas franchement, j'ai des principes quand même, je suis docteur, un peu d'éthique bordel. Oui, bien sûr je prends les CMU, bien que je sois libéral, confédéré, syndiqué, médical et français, et qu'à ce titre je soigne qui je veux quand je veux parce que je le vaux bien.

Je les prends les CMU, oui, bien sûr, mais AAAttention ! exclusivement les CMU dressés, éduqués, propres sur eux, ceux qui mouchent leur nez, disent bonjour à la dame et s'excusent de demander pardon en faisant tourner dans leurs mains calleuses leur casquette poisseuse. Ceux-là je veux bien les soigner : le jeudi matin de 8 heures à 10 heures, parce qu'après y a pas trop de deux heures pour désinfecter la salle d'attente avant de recevoir mes secteurs 2 pour leurs injections de Botox, sur présentation de leur Carte Vitale ET de l'attestation papier à jour, avec une lettre du médecin traitant certifiée SS, datant de moins de deux mois. Parce que tu comprends Charles, pour ces personnes déstructurées qui ne font rien de leur journée, c'est es-sen-tiel de leur donner des repères stricts. Celui qui rentre dans le cabinet sans me saluer en disant "bonjour docteur", je me lève, je le regarde dans les yeux, et je lui dis en face : "Vous êtes sûr que vous n'avez rien oublié mon brave ?". Alors il commence à paniquer, tu verrais. "Non docteur... j'ai ma Carte Vitale, mon attestation, ma lettre du médecin traitant..." J'attends alors cinq secondes sans le quitter des yeux et je lui dis : "Non, autre chose". "Je vois pas quoi", qu'il me répond de plus en plus flippé le mec. J'attends encore cinq secondes, et je lui dis : "Eh bien, mais la politesse cher monsieur ! Voilà quoi ! Vous êtes rentré dans mon cabinet sans me saluer !" Alors je te dis pas dans quel état il est le mec. Heureusement que je lui prends pas la tension à ce moment là, dis donc !! Je peux te dire qu'il le refait pas deux fois ! Voilà, c'est ça qui compte Charles, leur donner des repères. Tu comprends ? Et s'il est pas content, il va voir ailleurs, c'est le libre choix du patient."

Alors tout ça pour dire quoi ?

Que le Fonds CMU s'est fendu d'un nouveau testing, qui a fait la une du Monde celui-là.
C'était pas comme le précédent, celui de mai 2006 que personne ou presque y avait fait attention, à part les médecins du CoMeGAS, puis le CISS, qui avaient saisi la Halde à cette occasion.

Le testing de 2006 disait que 40 % des spécialistes du Val-de-Marne refusaient de soigner les patients bénéficiaires de la CMU. Celui de 2009 montre que 25 % des médecins de Paris continuent à refuser les bénéficiaires de la CMU.

Vaste progrès ! C'est à dire aucun.

Pourtant il s'en est passé des choses entre les deux dates. Ça s’est agité dans le petit monde de la bien-pensance. Après que la Halde a rendu son avis en septembre 2006 disant que c’était pas bien de pas soigner les pauvres, ils se sont réveillés les donneurs de leçons, les moralistes. J’ai encore le souvenir nauséeux du président d'un comité d’éthique de l’époque à qui Libé tendait une tribune complaisante pour qu’il puisse déclarer qu’il avait honte d’être médecin. Moi, c’est d’être éthiquement représenté par un comité comme ça dont j’avais honte. Joyeux réveil, les hauts penseurs de l'éthique.

Quand c'étaient les peigne-culs de généralistes du CoMeGAS qui disaient depuis 2002 à qui voulait l’entendre, c’est à dire personne, que nombre de médecins refusaient de soigner les pauvres, tout le monde s’en foutait (à part Que Choisir en 2004), l’Ordre des Médecins continuait à nier alors qu'il savait (voir l'article du Monde à l'époque), mais quand ça devient médiatique, alors les éthiciens mondains sortent du bois.
Et puis le festival de la bonne conscience a continué : les ministres, les commissions, les déclarations, les machins et les trucs. Qui se rappelle de la conférence de presse de décembre 2006, où le ministre de l’époque, Xavier Bertrand, ceint du lobby caritatif français, jurait que ça avait assez duré, qu’on allait prendre les mesures et que si ça devait continuer il allait falloir que ça cesse. La sécu, les ministères, les ordres, tout le monde était révolté, indigné, et on allait voir ce qu’on allait voir.

Belle unanimité.

A peine relevait-on certains discours syndico-ordinaux dans de discrètes publications locales qui osaient continuer à dire tout haut ce que la plupart continuaient à penser tout bas : les pauvres nous font chier, et tous ce qui nous permettra de les foutre hors de nos cabinets sera le bienvenu. Merci donc à la sécu de perdre les dossiers des CMU, de rembourser avec retard, autant de prétextes pour qu’on puisse arguer de pseudo difficultés administratives pour cacher la vraie raison : celle de l’universelle haine des pauvres.

Et effectivement rien n’a changé, les gesticulations n’ont rien changé. Les plus malades restent en dehors des cabinets médicaux moquettés de la médecine, et ceux qui arrivent à y entrer, en sortent parfois soignés et moins malades, mais le plus souvent davantage humiliés.

Le Fonds CMU pourra redépenser son argent dans trois ans pour le prochain testing, disons dans les Yvelines par exemple, ou dans les Alpes Maritimes, pour s’apercevoir que la population pourtant la plus souffrante reste toujours indésirable chez les soignants, comme ailleurs dans le reste de la société.

Non, décidément les gens n’aiment pas les pauvres, et les médecins pas plus que les autres, et ça arrange bien les gens de dissimuler leur haine des pauvres en en affligeant les médecins. Les médecins sont des êtres humains comme les autres. Je sais, quand je le dis, personne n’y croit. Mais pourtant.